Merlin l’Enchanteur

Merlin l’Enchanteur ou l’Eternel Masculin

(Notes prises par Virginie Peron lors de conférences du Congrès d’Anthropologie Gnostique “Terre de Merlin” – Brest 2003).

 

1 .La Quête de sens : Mission Identité

Quand on est, on est capable de faire et donc d’avoir, mais il faut d’abord être ! Or, dans notre société, cela est inversé : le plus important est d’avoir, ensuite de faire et s’il reste du temps peut-être d’être.

Comme par hasard, c’est notre société occidentale qui compte le plus d’individus mal dans leur peau, avec un mal être. Le maximum de notre énergie est utilisée pour avoir des choses et ensuite pour les conserver, au détriment de l’être avec ses sentiments de joie, de paix et de sérénité.

Ensuite, nous sommes très préoccupés par nos activités, en croyant que c’est parce l’on fait quelque chose que nous sommes. Pourtant, si nous prenons l’exemple de ce que nous disent Soeur Térésa ou Soeur Emmanuelle dans les bidonvilles de Calcutta ou du Caire, les gens savent y trouver du bonheur, être souriants, vivants !

Les philosophes, psychologues, sociologues, économistes, écologistes, disent que nous sommes dans une époque “troublée”, de perte totale de sens. Une époque où existent tous les possibles même le n’importe quoi (clonage, greffe d’oreille humaine sur dos d’une souris, etc…), mais qui n’a pas de sens : qui suis-je, quelle est mon identité, mon sens (et donc mon “sang“, d’où de nombreuses maladies liées au sang).

Merlin est arrivé aussi à une époque très troublée (voir l’histoire de la Grande et de la Petite Bretagne, ses innombrables guerres de clans…).

 

2 . Revisiter les Mythes : Les légendes fondatrices de l’humanité.

Derrière cet apparent non sens de la vie, il y a une raison. Merlin, représente l’éternel masculin, c’est-à-dire la Sagesse. Il est le vénérable vieillard, le sage qui connaît tous les mystères de la nature. Or, nous avons perdu la conscience de la vie qui existe en chaque atome. A l’heure actuelle, il y a environ 85 conflits armés sur notre planète. A l’époque de Merlin, il y avait aussi des guerres permanentes, on ne savait plus qui gouvernait, qui en était digne.

L’épée de la Dame du Lac nous rappelle que nous devons retrouver l’épée qui est en nous, la souveraineté (épée à double tranchant, de la vérité et de la justice).

Sur le blason d’Arthur, l’ours est un symbole de très grande force mais a besoin d’être conseillé. Toute vraie royauté, commence par soi-même et le blason dans notre organisme correspond à un symbole chromosomique qui se trouve surtout sur nos globules blancs et dans toutes nos cellules.

Il faut retrouver notre véritable lignage (d’où la distinction sang rouge, sang bleu). Il va falloir reconquérir toutes les régions de notre corps.

Le guerrier après des guerres incessantes va devenir enfin chevalier. Tous les grands mythes nous invitent à cette aventure intérieure. Pour l’instant, au quotidien, nous sommes dans la survie, or il nous faut vivre, partir à l’aventure et suivre les signes.

Merlin est l’héritier des druides, et vit une époque déjà très christianisée. S’il a existé, c’est sans doute au Vème siècle, mais sa légende écrite date du XIIème siècle, et le fut par des clercs, donc imprégnée de judéo-christianisme. Mais, néanmoins, il a des traits communs avec tous les grands mythes de l’humanité.

Tout comme Jésus, Bouddha, Quetzalcoatl, Kiricou…il est né d’une vierge et d’un esprit de l’air. Dès sa naissance, il a des dons exceptionnels. Il a pour fonction de ramener l’équilibre sur la terre, pour que nous puissions prendre conscience que le plus important est ce que nous sommes et non pas ce que nous avons ou faisons.

Chaque chose que nous possédons va disparaître pour nous à notre mort. La seule chose qui perdure est l’être, l’âme, l’esprit. Peut-être donc que notre vie a un sens au-delà de notre corps et de nos avoirs. C’est ce que va enseigner  Merlin et les 153 Chevaliers de la Table Ronde au travers d’épreuves qui vont forger notre âme (mais seulement des épreuves que nous sommes capables d’assumer – il est important de se le rappeler). Les évènements auxquels nous sommes soumis sont des opportunités pour nous prouver ce que nous sommes vraiment, pour que nous fassions surgir le meilleur de nous-même.

Il faut redorer notre blason, symbole de notre identité (chacune de nos cellules devant être marquées à notre symbole). Nous avons une image de nous-même déformée, nous sommes beaucoup plus vastes que nous le pensons (problème de sang = problème de rage = des ratés). Les états d’être pessimistes et négatifs entraînent des maladies. Or, nous avons une grande noblesse de coeur et nous pouvons nous régénérer, nous transformer à l’instar des mythes chevalresques.

 

3 . L’aventure intérieure : pour vivre l’enchantement de la vie.

Cela est très différent de notre survie habituelle. Chacun va avoir son lot d’expériences et de signes qu’il va falloir suivre.

Nous avons un quotidien mécanique qui devient routinier sur tous les plans et la vie finit par perdre de sa saveur. Il faut absolument sortir de cette routine. Tous les jours sont différents si l’on sait être attentifs : les synchronicités, si l’on est suffisamment vigilants pour les remarquer vont nous mener vers le sens de notre vie, améliorer notre qualité d’être. Mais nous détestons l’inattendu, c’est si inconfortable !

Nous devons nous mettre dans un état de disponibilité, de confiance et de courage (celui d’affronter nos peurs et nos noirceurs).  C’est dans ces conditions difficiles que nous nous découvrons nous-même.

 

L’amour de la sagesse, la sagesse est l’attribut de l’éternel masculin, de l’Homme Réalisé. La sagesse de l’amour, l’amour est celui de l’éternel féminin, de la Femme Réalisée.

 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*