Dan Ar Braz

Dan Ar Braz, born Daniel Le Bras (15 January 1949, Quimper, Brittany), is a French (Breton) guitarist and the founder of Héritage des Celtes.

Dan Ar Braz’s greatest moment occured in 1992, when the organiser of the Festival de Cornouailles in Quimper asked him to create a live show uniting traditional music with modern styles. Dan had many contacts in Britain, France and America and delivered beyond all expectations.  Donal Lunny came from Ireland, Karen Matheson from Scotland, Elaine Morgan from Wales and Bagad Kemper (bagpipers) and also Alan Stivell from Brittany.

Altogether 75 musicians were involved. The group, called “L’Héritage des Celtes” performed at the Quimper festival in July 1993 then went on to Rennes in 1994. A hugely successful studio recording recreated the show. It sold 100,000 copies in over ten countries. A live album followed. Their fame within France was so great that in 1996 they represented France in the 41st Eurovision Song Contest.

In 1997 they recorded “Finisterres” and again sold 100,000 copies. The music awards ceremony “Victoires de la Musique” awarded them “Best Traditional Music Album” in 1998. They went on tour in France and played at Le Zenith in Paris on St Patrick’s Day to 3,000 fans. In August 2000 the group played at the “Festival Interceltique” in Lorient where Dan Ar Braz announced that it would be the final concert.


YouTube Preview Image

“Borders of Salt” – Dan Ar Braz / Elaine Morgan


Dan Ar Braz, Daniel Le Bras pour l’état civil, est un auteur-compositeur-interprète français d’origine et de culture bretonne, dont la majeure partie de l’œuvre relève de la musique celtique électrique. Il est né à Quimper, le 15 janvier 1949.

Son parcours, qui débute par une collaboration avec le précurseur Alan Stivell, s’est poursuivi avec l’aventure de l’Héritage des Celtes, qui a fédéré de nombreux artistes. Il est considéré par le magazine britannique Melody Maker comme l’un des meilleurs guitaristes au monde.

En 1967, alors qu’il travaille comme serveur à Bénodet, il fait la rencontre d’un autre musicien : Alan Stivell ; celui-ci va le rebaptiser Dan Ar Braz. C’est le début d’une collaboration qui va durer une dizaine d’années ; Gabriel Yacoub futur fondateur du groupe de folk Malicorne fait partie de l’aventure. Le répertoire d’Alan Stivell et de ses musiciens mélange musiques bretonnes, irlandaises et écossaises avec le folk et le rock. Jusqu’à ce jour, son intérêt ne s’était pas porté sur la musique traditionnelle et celtique, il va découvrir un autre univers musical et comprendre certaines relations avec les mélodies de musiciens issus du Rock et du Folk. L’équipe, formée par Alan Stivell, Dan Ar Braz et les autres musiciens, va se rôder sur les scènes de Bretagne et d’Europe; c’est à cette époque que Dan prend conscience de ses racines bretonnes (modification de son patronyme) et qu’il élabore son jeu de guitare, qui lui vaudra les éloges du Melody Maker. De leur région, ils vont passer aux tournées européennes, puis à l’Amérique du Nord et l’Australie. La musique celtique est populaire.

Parallèlement à l’activité de scène, il participe à l’enregistrement de sept albums (1972-1977) de la discographie de Stivell, dont les emblématiques Renaissance de la harpe celtique (1971), Live à l’Olympia (1972), Chemins de terre (1973) et E Dulenn – A Dublin (1975), Trema ‘n Inis – vers l’île (1976), Before Landing (1977).

Dan Ar Braz ne cachera jamais l’importance de Stivell dans son approche de la musique et de sa propre évolution.

En 1991, était sorti l’album Borders of Salt, la chanson titre va devenir emblématique de l’Héritage des Celtes, qui va naître trois ans plus tard. Lors du 70e Festival de Cornouaille à Quimper en 1993, il donne le concert de clôture, entouré de 75 musiciens, dont Alan Stivell lui-même, Donal Lunny, le Shotts Pipe Band de Glasgow et le Bagad Kemper. Le concept de l’Héritage est né, sa concrétisation va accentuer le nouvel engouement du public pour la musique celtique, commencé avec (dans le public des fest-noz) Ar re yaouank, et (dans le grand public) Alan Stivell et son disque d’or de 1993, l’album Again.

En 1994, sort Borders of Salt qui a été enregistré par Brian Masterson, au Windmill Lane Recording Studio de Dublin, dont U2 fait partie des invités ; l’album est vendu à 100 000 exemplaires. Dan Ar Braz, avec les différents artistes qu’il a fédérés autour de ce projet, veut présenter la richesse de la musique celtique dans toute sa diversité. Outre ceux déjà cités, il convient de mentionner Elaine Morgan, Nollaig Casey, Karen Matheson (chanteuse du groupe Capercaillie), Yann-Fañch Kemener, Didier Squiban, Donald Shaw, Gilles Servat et bien d’autres. L’intention est d’assumer l’héritage de la culture des Celtes au travers de la musique, et on retrouve naturellement les pays qui le revendiquent : la Bretagne, l’Irlande, l’Écosse, le Pays de Galles, la Cornouaille britannique, l’Île de Man, et aussi les Asturies et la Galice.

En 1995, sort l’album En concert (disponible en vidéo) avec de nouveaux titres ; deux ans plus tard un nouvel album studio : Finisterres (avec deux r dans le titre, et au pluriel).  En 1996, il représente la France au Concours Eurovision de la chanson avec le titre Diwanit Bugale co-écrit avec Gweltaz Ar Fur, qui évoque les écoles en langue bretonne Diwan. La chanson sera reprise sur Finisterres par Elaine Morgan, Karen Matheson et Gilles Servat. En 1998, le concert au Zénith sort sous la forme d’un double compact-disc et en 1999 Bretagnes à Bercy avec Armens, Gilles Servat, Alan Stivell, Tri Yann.

En 1999 (puis en 2001), il participe à l’association des Enfoirés, qui a pour but de collecter des fonds au profit des Restos du cœur.

En 2000, il participe à l’enregistrement d’Excalibur, la légende des Celtes d’Alan Simon avec des artistes tels que Tri Yann, Roger Hodgson, Gildas Arzel,  Fairport Convention, Gabriel Yacoub et Didier Lockwood. En août 2000, le groupe de l’Héritage est invité au Festival interceltique de Lorient, c’est à cette occasion que Dan Ar Braz annonce la fin de cette aventure.

La mobilisation des nombreux artistes de l’Héritage s’est révélée complexe, du fait des carrières respectives et des emplois du temps. Néanmoins, cette deuxième vague de la musique celtique semble plus durable, il convient de noter le succès de la fête de la Saint-Patrick dans le monde, et de l’exportation du Festival interceltique de Lorient.

Depuis, Dan Ar Braz a sorti deux albums, La mémoire des volets blancs (instrumental) en 2001, une œuvre très personnelle et A toi et ceux en 2003.

En 2002, Dan Ar Braz et une bonne partie de l’équipe de l’Héritage des Celtes donnent deux concerts au Stade de France, à l’occasion de la Fête de la Saint-Patrick. La Nuit Celtique (sortie en DVD) réunit en deux soir plus de 90 000 spectateurs, avec plus de 600 artistes, et notamment, de l’héritage, Carlos Núñez, Denez Prigent, Didier Squiban, Gilles Le Bigot, Ronan Le Bars, le Bagad Kemper. La deuxième partie consacre les retrouvailles, l’espace d’une soirée du public avec l’Héritage des Celtes, puisque, hormis les nombreux bagadoù et Pipe-band, Gilles Servat, Elaine Morgan, et Dan Ar Braz font un triomphe pour un concert emblématique, marquant la capacité de la musique bretonne et celtique d’organiser à Paris même des évènements de grande ampleur.

En mars 2006 sort un coffret CD & DVD intitulé Frontières de sel qui fait partie d’une nouvelle collection : « Horizons celtiques ». Le DVD contient des extraits du dernier concert de la tournée 2004-2005 tourné dans le cadre du Festival de Cornouaille à Quimper , d’autres du concert de Dan Ar Braz avec l’Héritage des Celtes au Zénith de Paris en 1998, et une interview de l’artiste. Le CD audio propose 5 titres live et 5 titres studio issus des 2 derniers albums.

Il est à l’affiche de Bercy 2007, à l’occasion de la fête de la saint Patrick, en compagnie de Karen Matheson, du groupe Capercaillie.

Un nouvel album enregistré à Bruxelles intitulé Les Perches du Nil sort le 26 mars 2007. Dans une interview, Dan Ar Braz explique que l’inspiration de cet album lui est venue après avoir vu le film documentaire Le Cauchemar de Darwin de Hubert Sauper.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*