Les symboles du sacré : végétaux et animaux

“On notera que le druide est voué au bois par définition : peuple de l’Europe septentrionale, passés maîtres dans le travail du bois et du métal, les Celtes n’ont jamais utilisé la pierre pour l’architecture ou la sculpture, encore moins pour y graver des inscriptions. Les mégalithes n’ont rien de celtique et ils ne sont surtout pas des symboles ou des monuments druidiques.

L’arbre primordiale signalé dans quelques textes n’a pas d’espèce mais le plus souvent il s’agit d’un if, en général un par province ou royaume indépendant. Plus fréquent est l’arbre  symbolique des druides, à savoir le chêne, dont le nom gallois, derw ressemble assez à celui du druide (derwydd) pour qu’on ait cru que les druides étaient les “hommes du chêne“. En fait, ce n’est qu’une analogie. Dans toutes les langues celtiques le nom de la science est très proche de celui du bois (cf. le breton gwezarbre” et gouiziek “savant”) et le bois est le support ou le symbole de la science.

 

leaves-195672_960_720

 

Les autres arbres ou végétaux importants de la tradition celtique sont le sorbier, le coudrier et le noisetier, qui servent à la magie et dont les fruits procurent le savoir et la connaissance ; le pommier, arbre de l’Autre Monde,  dont les fruits apportent l’immortalité à ceux qui en consomment : l’if qui sert à la magie et à la fabrication de pièces d’armement (bouclier, fût, lance) ; le bouleau et l’aubépine qui servent aussi à la magie.

 

537016_567820353242887_225112316_n

 

Les animaux sacrés participent au même symbolisme : le porc et le sanglier, dont la chair sert aux festins de Samain, la fête d’ouverture de l’année. Le sanglier est le symbole de la classe sacerdotale des druides et il sert très souvent  d’apotropaion (protecteur)  sur les enseignes gauloises. La consommation  de sa chair procure l’immortalité. Les autres animaux sacrés sont le cygne ou l’oie, oiseaux qui sont les messagers des dieux et chantent une musique d’Autre Monde. Beaucoup de belles messagères de l’Autre Monde arrivent sous la forme de cygnes et prennent l’aspect humain dès leur arrivée.

 

48089_595547650495940_1449489017_n

 

Autre animal sacré des Indo-Européens, le loup n’a guère laissé de traces  dans la mythologie celtique. Les langues celtiques, depuis l’Antiquité, ont perdu jusqu’à son nom, lequel a été remplacé par celui du chien pour lequel, contrairement aux Grecs, les Celtes ont toujours eu beaucoup d’estime.

L’ours (qui est en étymologie analogique le nom du roi Arthur) et le taureau sont en rapport symbolique avec le roi, de même que le cheval, dont on a, au XIIè siècle, une trace de sacrifice dans un épisode d’intronisation royale avec Ulster”. F. Le Roux – C.-J. Guyonvarc’h (Les Druides et le Druidisme).

 

10553328_923727340973884_5170136790450051020_n