La puissance de la femme – IJP Appel-Guéry

Chapitre 3


La puissance de la femme


« On a les pouvoirs correspondant à la puissance que l’on doit muter durant le programme de son incarnation. »

Âme formalisée

Être incarnée dans un corps féminin est une très difficile figure pour réaliser son programme de retour et une très belle configuration si la femme parvient à franchir les étapes les plus difficiles qui sont le passage du dessous de la frontière au-dessus de la frontière. Quand on parle de frontière, cela signifie qu’il existe une sorte de déconnexion sur cette planète et pour l’humanité qui y habite. Les êtres peuvent être classés en deux catégories : ceux qui ont réussi à faire leur liaison avec leur dimension supérieure et leur réel programme, et ceux qui n’ont pas réussi à faire cette jonction et qui ont donc une vie strictement matérialiste et relativement limitée en ce qui concerne la conscience globale du sens de leur existence. Il existe une frontière entre ces deux situations qui crée deux styles d’existence différents et, selon le niveau de conscience atteint, on peut soit être au-dessus de la frontière, soit être en dessous de la frontière.

Au Moyen Âge, les éminents théologiens se demandaient si la femme avait une âme. Il leur était difficile de comprendre le problème pour la raison très simple que la femme est une âme formalisée. Ce qui évidemment n’est pas le cas de l’âme de l’homme qui est énergétique et subtile.

This entry was posted in La puissance de la femme and tagged , , , . Bookmark the permalink.

Leave a Reply