L’élan spirituel – IJP Appel-Guéry

Chapitre 11


L’élan spirituel



« Penser spirituellement à Dieu crée une aura subtile qui protège le corps formel. »

Unité, dualité

Ce qui peut faire la différence entre un système qui se rapproche de l’unité et un système qui se trouve attaché à la dualité, c’est la plus ou moins grande adéquation avec la ligne de numération unitaire interne qui se conjugue à l’essence ultime.

Celui qui veut traiter son corps pour l’amener à cette configuration intérieure permettant de retrouver la numération unitaire concernant sa signature de synthèse sumérienne, doit orienter toute sa figure vers une unification. Mais celui qui veut traiter sur les systèmes de numération impérieuse et qui a encore des contrats à numéroter sur des zones inférieures doit se déplacer sur les antennes de puissance qui concernent ses figures. C’est pourquoi il ne peut pas se mettre en complète communication unificatrice.

Cependant, il y a des instants où il est nécessaire de chercher son équilibre entre l’unité et la transformation de ses systèmes de puissance. Celui qui a des circuits de puissance à l’inférieur de sa nature formelle est dans un état de dualification parce qu’il a une dimension unitaire dans sa tête, une dualification dans son corps, et une multiplication ou une soustraction dans ses étages inférieurs. Ce qui veut dire que la plus ou moins grande facilité de l’intégration d’un être dans une voie d’unification est fonction du volume et du poids qui sont accrochés à sa figure.

This entry was posted in L'élan spirituel and tagged , , , , , . Bookmark the permalink.

Leave a Reply