Retrouver l’archétype de la féminité

Sortir des stéréotypes pour retrouver l’archétype de la féminité

Si l’homme représente, dans le meilleur des cas, l’esprit, la structure et la force, il se doit de respecter et de défendre cette complémentarité enrichissante que représente la femme-énergie, cette shakti sacrée qui entoure l’axe vibral de l’esprit et qui, selon la magie de l’instant, se révèle muse, mère, femme ou fille… Pour s’intégrer aux étages supérieurs de sa nature où peuvent se conjoindre en équilibre la Forme, l’Énergie et l’Esprit, la femme doit apprendre à maîtriser et à transformer les forces de destruction qui sous-tendent sa nature profonde.
Il ne peut exister d’échange évolutif et qualitatif entre homme et femme qu’en évitant les pièges d’une dépendance amoureuse. De même que la transmutation alchimique réclame la purification du souffre – principe masculin – et du mercure – principe féminin – la communion entre l’homme et la femme est d’autant plus forte et harmonieuse qu’ils ont su préciser, l’un et l’autre, leur rôle et leur identité. L’androgynat intérieur est cette pierre philosophale qui résulte ensuite de la quintessence et de l’intégration des qualités du sexe complémentaire.
L’auteur retrouve ici l’esprit des grandes traditions initiatiques issues d’une Synthèse primordiale déformée au cours du temps par des intérêts religieux et politiques divers. Il actualise, approfondit et redimensionne cette connaissance initiatique grâce à une longue expérience personnelle de psycho-physiologue et d’instructeur acquise dans de nombreux pays. “Femme” est un recueil de certains des entretiens parmi les sept mille enregistrés par IJP. Appel Guéry (licencié ès sciences et en psychologie) depuis 1986 et dans lesquels il trace, à partir d’une relation vivante avec son auditoire, les perspectives d’une identité galactique de l’être humain à l’aube du troisième millénaire. Ces entretiens expriment le résultat de nombreuses années de recherche et d’expérimentation pour dégager le principe féminin des stéréotypes qui enferment et réduisent la femme aux rôles sociaux de mère ou d’amazone ayant pour seule référence la forme matérielle. Dans ces entretiens, IJP. Appel Guéry s’adresse à un public quelque peu averti de ses recherches. Il utilise parfois des termes, des notions et un langage utilisés notamment dans son œuvre majeure, la Science Unitaire de l’Intra-univers comprenant deux cents chapitres, où il décrit, à partir d’une inspiration supérieure, les rapports complexes entre conscience, énergie et matière. L’apparition d’un nouveau champ de recherche nécessite la création d’un nouveau langage. Quelques-unes des notions utilisées ici par l’auteur appartiennent à un langage qui doit, avant tout, être perçu à partir d’une résonance interne sans être réduit à une définition intellectuelle très limitative. Certains passages doivent donc être abordés d’une manière intuitive – comme le sont les ouvrages initiatiques, poétiques ou alchimiques – en écoutant, au-delà des mots, la vibration intérieure qu’ils éveillent, la voix secrète qu’ils évoquent, la vérité spirituelle dont ils se font l’écho. Cette approche novatrice, tant dans la forme que dans le fond, pourrait intriguer certains lecteurs : c’est le propre des pensées innovantes que de se heurter aux pensées dominantes avant de trouver, dans l’évolution des esprits et le renouvellement des générations, une compréhension et une reconnaissance.

Une soeur-âme

This entry was posted in Retrouver l'archétype de la féminité and tagged , , , , , . Bookmark the permalink.

Leave a Reply