Le coeur vs le mental

Dans la plupart des systèmes spirituel, énergétique et dans le corps physique d’une manière plus concrète, on reconnaît quatre grands niveaux constituant l’être humain : les pieds, le sexe, le coeur et la tête. Ces niveaux ont tous leur utilité bien sûr et leur importance mais sont de plus en plus complexes selon leur position dans le corps. Ils sont hiérarchisés comme l’est tout l’univers, et il ne nous viendrait pas à l’idée que ce sont les pieds qui commandent la tête, ce serait inadapté à leur fonction et à leur constitution.

7g_chakras

Je vais donc donner certaines notions sur le rôle du coeur et du mental sans oublier leurs multiples aspects humains mais plus particulièrement interdimensionnels. L’intérêt de comprendre mieux ces deux aspects de nous-même, est qu’ils sont suffisamment complexes pour concevoir et contenir l’intériorité, la quintessenciation, la synthèse qui fera le pont entre l’inférieur et le supérieur.

Mais ils doivent être transformés et purifiés dans une démarche d’évolution unitaire interne globale et non partielle d’où l’importance de leur réunification, car il est évident que l’amour et ses dérivés humains peuvent obscurcir notre lucidité et que le mental et ses coiffes de leur côté peuvent brimer notre bonheur intérieur.

Le coeur, l’amour et les émotions

Certains donnent au coeur et à l’amour tous les pouvoirs puisque c’est par eux que nous pouvons ressentir et mémoriser les moments merveilleux de notre existence. L’amour, la tendresse, la sympathie, l’amitié, l’enthousiasme, la paix, la lumière, l’élan et bien d’autres sentiments et émotions nous sont très chers parce qu’ils nous apaisent, dilatent la dureté matérielle, et nous auréolent d’un certain rayonnement.

Mais si on s’arrête à l’énergie du cœur, à l’amour et qu’on situe ce niveau comme étant le plus haut de notre système en tant qu’être évolué et si on se réfère à ce système pour prendre les décisions importantes de notre existence, nous allons rester sous un plafond humain ayant pour référence bien souvent les émotions, qu’on pourrait appeler le mental inférieur émotionnel puisque ces émotions impulsent très fortement nos décisions, nos perceptions et nos actions.

Et si ces émotions ne sont pas sous le contrôle, la limite, la canalisation du mental logique ou abstrait, du discernement ou de la conscience, ils vont emmener l’être dans la démesure, la dispersion et l’antipole de la lumière. qui existe à la limite de ces plans cardiaques. On tombe alors dans le ressentiment, la jalousie, la haine, l’orgueil et cie., la dépression, le désespoir, bien souvent en continuant de penser qu’on est en amour, on est plutôt « tombé en amour ».

La force, la cohésion, la lumière du cœur

Dans son aspect plus énergétique, l’amour est la force qui réalise les aspirations de la conscience et de l’âme, les décisions du mental et leur donne une certaine cohésion qui permettra de les manifester. C’est la force qui réunit tous les plans.

La lumière du cœur, située un peu plus haut que le coeur physique, est également l’espace alchimique où peut se créer une énergie élaborée, une lumière qui pourra être dirigée par la concentration mentale ou une aide supérieure vers des plans plus élevés de conscience situés au niveau de la tête et au-dessus de la tête.

Du coeur au mental abstrait

Si on parvient à concentrer, délimiter, conserver la lumière qui est au cœur pour la diriger non pas vers l’extérieur mais vers l’intérieur, elle va ramener au ciel la quintessence de l’être incarné, elle va réussir à passer la porte étroite du cou et elle va éclairer le mental et la conscience d’une énergie qui va permettre à la conscience de se mettre en résonance avec les véhicules supérieurs : sœur lumière, frère lumière et père spirituel.

S’il n’y a pas cette arrivée de lumière dans le mental, le mental devient une coiffe qui interdit tout passage des circuits vers les niveaux subtils et spirituels. Et c’est seulement quand le mental est fécondé par cette lumière qui a été générée dans le cœur et que la conscience est animée par un amour universel, c’est-à-dire un respect, une communion, un sens de l’harmonie et de l’unité -, que cette résonance vous met en résonance avec vos véhicules supérieurs et les hautes hiérarchies.

 

Aline