Comment sortir de la dépression?

La dépression, maladie du corps ou de l’âme

On définit la Dépression (nerveuse) comme un : état pathologique de souffrance marqué par un abaissement du sentiment de valeur personnelle, par du pessimisme et par une inappétence face à la vie.

La dépression est donc une souffrance psychique, intérieure et persistante qui finit par affaiblir la volonté, l’optimisme naturel et l’estime ou l’amour de soi et des autres.

C’est un sentiment qu’on a imprégné tellement souvent en soi qu’il a fini par dérégler l’alchimie du corps en déséquilibrant les hormones secrétées par l’hypothalamus, c’est-à-dire les endorphines qui génèrent la bonne humeur et la joie.

sourireemoti200

Mais qu’est-ce qui nous libérera de cette souffrance qui est principalement psychique ?

 

1) Reprendre le contrôle de la situation

Il faut premièrement reprendre le contrôle de la situation pour ne pas se réinstaller dans la dépression chaque jour et même chaque fois, chaque minute de la journée où nous sommes envahis par le laisser-aller, les comportements erronés et les pensées négatives.

Parce que la dépression, c’est avant tout parce qu’on a baissé les bras devant une partie de sa vie qui est échelonnée de problèmes ou de situations conflictuelles continuellement répétées pour lesquelles on n’a pas encore trouvé de solutions.

C’est-à-dire qu’on n’a pas encore développé en soi la force nécessaire qui apportera les solutions pour nous permettre de repasser au-dessus de la frontière du bien-être et du bonheur dans cette situation particulière.

2) Comprendre le problème spécifique

167952_10150372343790251_1791451_n

Il faut bien comprendre le problème spécifique à chaque dépression parce qu’il cache bien souvent en lui la solution.

Par exemple dans la nature : une dépression géographique est un creux par rapport à une surface,  et en météorologie, c’est une pression inférieure à celle du milieu environnant.

Et donc, pour une personne c’est un peu comme ça aussi, il y a un vide dans un secteur et il faut le remplir, mais pas avec n’importe quoi sinon on se retrouve dans le deuxième cas mentionné où il y a quelque chose qui passe en dessous.

Une partie de soi, de sa vie descend dans une vibration inférieure à la normalité, que ce soit au niveau matériel, physique, social, affectif, mental ou spirituel.

Il y a un conflit à l’intérieur de la personne soit par rapport à elle-même, à son niveau de bien-être, à sa réalisation, soit par rapport à l’environnement.

3) Maladie du corps ou de l’âme ?

014

Est-ce l’âme qui n’atteint pas les buts qu’elle s’est fixés dans son pèlerinage à travers la vie matérielle, la vie affective, les événements, les situations conflictuelles, etc. ?

Est-ce le corps qui parle à l’âme ou l’âme qui arrête le corps pour lui dire : Tu m’emmènes dans la mauvaise direction. Je suis tellement chargée de tout ce que tu as décidé, de tous les comportements erronés que tu as répétés, de toutes les pensées négatives que tu as accumulées que je ne peux plus mettre un pied devant l’autre sans que ce ne soit un effort surhumain…

Si l’âme descend de plus en plus, piégée dans ses conditionnements émotifs, affectifs, mentaux, si elle perd le sens réel de son incarnation qui est déjà en tout premier, être suffisamment heureuse et active pour jouer son rôle et prendre les bonnes décisions, elle s’affaiblit et est malade.

Si elle réussit par des efforts surhumains de conscience, de concentration, de réflexion, de maîtrise, de décision, elle change de niveau, elle change de vibration et elle résonne avec d’autres émotions.

4) Evoluer vers l’amélioration, la transformation

On est tous arrivés avec notre petit bagage dans cette vie plus ou moins lourd et on doit l’assumer.

On doit tendre à une certaine amélioration, à la transformation de certaines faiblesses ou déviations.

On peut l’appeler karma, on peut l’appeler évolution, l’important c’est que tout nous arrive pour apprendre, évoluer, changer, pour finalement connaître et porter en soi le vrai bonheur… .

Mais le ferait-on si on n’y était pas un peu obligé… ?

417737_191931480912693_100002875269607_262493_1922709485_n

C’est donc en partie la conscience, la décision de changer, l’apport de nouvelles énergies et les gestes posés au quotidien qui soigneront la dépression, ce mal-être.

Parce que c’est une inadéquation, une inexactitude, une réaction qui finit par devenir une inversion par rapport à la vraie direction de l’âme, à son potentiel.

L’antipôle est donc une force intérieure à acquérir et une émergence extérieure, une nouvelle création de sa vie en relation avec la force acquise petit à petit dans ce secteur précis qui engloutit toute l’énergie, et une élévation de ce champ d’activités vers des émotions plus pures qui renouvelle l’énergie intérieure.
Alors l’âme s’allège et elle guérit et le corps suit…

Je te donne rendez-vous dans un prochain article pour comprendre  les situations les plus courantes dans lesquelles on la subit.

Tu n’es peut-être pas touché par la dépression toi-même, mais pouvoir la dépister chez un enfant, un adolescent, un ami, un parent, une personne malade, une personne âgée peut s’avérer déterminant pour sa survie ou pour sa réussite présente et future.

N’hésite pas à me contacter pour un rendez-vous personnel, t’inscrire aux conférences en ligne ou aux stagex.

Bonne continuité !