Le Chemin du Chemin par Arnauld de Villeneuve

Notice sur le Semita semitae
Le chemin du chemin
par
Arnauld de Villeneuve

1
Notice sur le Semita semitae
le Chemin du Chemin
Arnauld de Villeneuve
1303
Ici commence
le Chemin du Chemin
traité court, bref, succinct, utile à qui le
comprendra. Les chercheurs habiles y trouveront une partie de la Pierre végétale que
les autres Philosophes ont cachée avec soin.
Père vénérable, prête-moi pieusement l’oreille. Apprends que le Mercure est le
sperme cuit de tous les métaux ; sperme imparfait, quand il sort de la terre, à cause
d’une certaine chaleur sulfureuse. Suivant son degré de sulfuration, il engendre les
divers métaux dans le sein de la terre. Il n’y a donc qu’une seule matière première
des métaux, suivant une action naturelle plus ou moins forte, suivant le degré de
cuisson, elle revêt des formes différentes. Tous les Philosophes sont d’accord sur ce
point. En voici la démonstration: Chaque chose est composée des éléments en
lesquels on peut la décomposer. Citons un exemple impossible à nier et facile à
comprendre: la glace à l’aide de la chaleur se résout en eau, donc c’est de l’eau, Or
tous les métaux se résolvent en Mercure ; donc ce Mercure est la matière première de
tous les métaux. J’enseignerai plus loin la manière de faire cette transmutation,
détruisant ainsi l’opinion de ceux qui prétendent que la forme des métaux ne peut
être changée. Ils auraient raison si l’on ne pouvait réduire les métaux en leur matière
première, mais je montrerai que cette réduction en la matière première est facile et
que la transmutation est possible et faisable. Car tout ce qui naît, tout ce qui croît, se
multiplie selon son espèce, ainsi les arbres, les hommes, les herbes. Une graine peut
produire mille autres graines. Donc il est possible de multiplier les choses à l’infini.
D’après ce qui précède, celui qui analyse les choses verra que si les Philosophes ont
parlé d’une façon obscure, ils ont dit du moins la vérité. Ils ont dit en effet que notre
Pierre a une âme, un corps et un esprit, ce qui est vrai. Ils ont comparé son corps
imparfait au corps, parce qu’il est sans puissance par lui-même ; ils ont appelé l’Eau
un esprit vital, parce qu’elle donne au corps, imparfait en soi et inerte, la vie qu’il
n’avait pas auparavant et qu’elle perfectionne sa forme. Ils ont appelé le ferment
âme, car ainsi qu’on le verra plus loin, il a aussi donné la vie au corps imparfait, il le
perfectionne et le change en sa propre nature.
Le philosophe dit: « Change les natures et tu trouveras ce que tu cherches. » Cela est
vrai. Car dans notre magistère nous tirons d’abord le subtil de I’épais, l’esprit du
corps, et enfin le sec de l’humide, c’est-à-dire la terre de l’Eau, c’est ainsi que nous
changeons les natures ; ce qui était en bas nous le mettons en haut, …
This entry was posted in Alchimie and tagged , , , , . Bookmark the permalink.

Leave a Reply