L’Entrée ouverte au Palais fermé du Roi de Eyrenee Philalethe

L’entrée ouverte au palais fermé du roi

 Eyrenee Philalethe

Ayant  pénétré,  moi,  Philalèthe,  Philosophe  anonyme,  les  arcanes  de  la  médecine,  de  la chimie et de la physique, j’ai décidé de rédiger ce petit traité, l’an 1645 de la Rédemption du  monde  et  le  trente-troisième  de  mon  âge,  afin  d’acquitter  ce  que  je  dois  aux  Fils  de l’Art et pour tendre la main à ceux qui sont égarés dans le labyrinthe de l’erreur. Ainsi apparaîtra-t-il aux Adeptes que je suis leur pair et leur frère; quant à ceux qu’ont séduits les  vains  discours  des  sophistes,  ils  verront  et  recevront  la  lumière,  grâce  à  laquelle  ils reviendront à une voie plus sûre. Et je présage, en vérité, que nombre d’entre eux sont éclairés par mes travaux.

Ce ne sont point des fables, mais des expériences réelles que j’ai vues, faites et connues: l’Adepte l’inférera aisément en lisant ces pages. C’est pourquoi, les écrivant pour le bien de mon prochain, il me suffit de déclarer que jamais personne n’a parlé de cet art aussi clairement  que  moi;  certes,  ma  plume  a  hésité  souvent  à  tot écrire,  désireux  que  j’étais de  cacher  la  vérité  sous  un  masque  jaloux;  mais Dieu  me  contraignait,  et  je  n’ai  pu  lui résister, lui seul…

Les douze clefs de la philosophie par Frère Basile Valentin

Les douze clefs de la philosophie
Frère Basile Valentin

Basile Valentin
LES DOUZE CLEFS DE PHILOSOPHIE
2
PREMIER LIVRE DE LA CLAVICULE DE
LA PIERRE PRECIEUSE DES ANCIENS
PHILOSOPHES
Composé par Frère Basile Valentin de l’ordre de S. Benoist
AVANT
PROPOS
En ma préface (du traité de la génération des Planètes) je me suis obligé Ami
Lecteur, en faveur de ceux qui sont curieux de science, et désireux de
recherchée les secrets de la Nature, et enseigner ( selon le moyen que Dieu
m’en a donne ) d’où, et de quelle matière nos ancêtres ont premièrement tiré,
puis préparé la pierre triangulaire, donnée par la libéralité du souverain
Dieu, (de laquelle ils se font servis pour entretenir leur santé durant le cours
de cette vie mortelle, et pour saupoudrer comme de sel céleste les malheurs
de ce monde:) Or afin que je tienne ma promesse, et que je ne t’enveloppe
point dans les sophistications fallacieuses, mais que je monstre, comme l’on
dit, depuis un bout jusqu’à l’autre, la source de tous biens : Sois attentif, et
considère diligemment ce que je vais dire, (Si tu es désireux de science) car
il ne me plais point à parler en vain, et telle n’est pas mon intention, que de
me servir à cet effet de paroles frivoles, vue qu’elles ne servent de rien ; ou de
bien peu pour apprendre ; bien au contraire, c’est tout mon but que de
montrer en peude mots des choses qui soient appuyées et fondées sur de
bons fondements, et fondées sur des expériences très certaines.
 

Le matin des magiciens (30 pages) de LOUIS PAUWELS et JACQUES BERGIER

Le matin des magiciens (30 pages)
LOUIS PAUWELS & JACQUES BERGIER

 

LE MATIN DES MAGICIENS
LOUIS PAUWELS & JACQUES BERGIER
Un alchimiste au café Procope, en 1953 / Conversation à propos de Gurdjieff / Un homme qui
prétend savoir que la pierre philosophale est une réalité ‘/ Bergier m’entraîne à toute vitesse dans un drôle
de raccourci / Ce que je vois me libère du bête mépris du progrès / Nos arrière
-pensées sur l’alchimie : ni révélation, ni tâtonnement / Courte méditation sur la spirale et l’espérance
.
C’est en mars 1953 que j’ai rencontré pour la première fois un alchimiste. Cela se
passait au café Procope qui connut, à cette époque, un court regain de vie. Un grand
poète, alors que j’écrivais mon livre sur Gurdjieff, m’avait ménagé cette rencontre et
je devais revoir souvent cet homme singulier sans toutefois percer ses secrets.
J’avais, sur l’alchimie et les alchimistes, des idées primaires, puisées dans l’imagerie
populaire, et j’étais loin de savoir qu’il y avait encore des alchimistes. L’homme qui
était assis en face de moi, à la table de Voltaire, était jeune, élégant. Il avait fait de
fortes études classiques, suivies d’études de chimie. Présentement, il gagnait sa vie
dans le commerce et fréquentait beaucoup d’artistes, ainsi que quelques gens du monde.
 

Le filet d’ariadne

Le filet d’Ariadne

LE FILET D’ARIADNE
 
 
AVERTISSEMENT.
 
J‘ai longtemps balancé avant que de me résoudre à mettre la main à la plume
pour composer ce petit Traité, dissuadé de le faire par les mêmes raisons, qui ont empêche tous les Philosophes d’enseigner leur Science autrement qu’ils nous l’ont laissée, avouant qu’ils n’ont écrit que pour les Enfants de l’Art, et non pour les Ignorants, ni autres personnes qui en auraient pu abuser, et qu’ils se
sont plutôt étudiez à la cacher qu’à la vouloir mettre en évidence : En effet il y
en a qui ont composé plusieurs Volumes, chacun desquels contient bon nombre
de Chapitres, qui sont autant de voiles qu’ils mettent devant les yeux, de ceux
qui s’imaginent pouvoir pénétrer leurs mystères, où ils se sont rompus
inutilement la tête. Les Chimistes même se persuadent que cette Science est de
leur compétence et non de celle d’autrui, voyant souvent dans leurs Livres les termes de
Sublimations, Solutions , Digestions, Calcinations, Imbibitions, Coagulations,
et une infinité d’autres termes, dont on se sert dans la Chimie.
Sur quoi travaillants, ils ont fait cent brouilleries qui n’ont rien produit que delà
confusion dans leurs esprits et delà dépense inutile dans leurs Laboratoires,
parce qu’ils ont pris à la lettre les dires des Philosophes qui doivent s’expliquer
tout autrement : et comme il y a peu de Personnes, qui puissent, comme il faut,
manifester leurs dires et manières de parler, j’ai fait exprès un Dictionnaire qui
explique fort nettement ce qui est le plus difficile, afin de satisfaire en quelque
façon les Curieux, et désabuser ceux, qui se ruinent inconsidérément, voulants
travailler sur une Science qu’ils n’ont jamais apprise, et par conséquent qu’ils ne
peuvent bien savoir ni mettre en usage.
Et quoi que l’on voie dans les Livres des Sages, tant de Chapitres avec des noms
différents, soyez averti (cher Lecteur) que ce n’est que pour mettre de là
confusion dans les esprits, et qu’ils disent ou écrivent une même chose en cent façons
différentes, et mettent à la fin de leurs Volumes, ce qui devrait être au
commencement, et la fin au milieu, et le milieu dès le second ou le troisième
feuillet. Outre que quelquefois ce qu’ils ont dit en un endroit, ils le révoquent dans un autre, disant
: qu’il ne faut pas s’y arrêter.
 

Le désir désiré de Nicolas Flamel

Le désir desiré

de
Nicolas Flamel

 
1
LE DESIR DESIRE
NICOLAS FLAMEL
Le Trésor de Philosophie nous enseigne la sainteté de celui à qui sont et appartiennent toutes
choses, le Ciel, la Terre et la Mer, et toutes ces autres choses qui sont créées. De lui procèdent
tous les Trésors de la Sagesse, étant lui seul le Créateur de tout, et qui du Néant a eu la puissance
de tirer toutes choses, en liant et unissant les choses hétérogènes avec les homogènes, et les
accordant ensemble, quoique différentes. Par sa bonté, il a voulu, avec certains Médicaments,
rendre la santé aux Créatures infirmes, et donner la perfection aux choses imparfaites. Ce que les
Sages, ou anciens Philosophes, ont entendu pleinement, et cela par deux moyens, comme ils ont
écrit dans leurs Livres.
De ces deux moyens l’un est vrai, et l’autre est faux : et le vrai est écrit en termes obscurs, afin
qu’ils ne soient entendus que des Sages, voulant cacher leur Science aux Méchants, qui auraient
pu en faire un mauvais usage.
Sachez donc que notre Science consiste dans la connaissance des quatre Eléments, dont les
qualités sont changées réciproquement les unes dans les autres ; sur quoi les Philosophes sont
d’un sentiment semblable. Et sachez encore qu’en toutes choses créées au-dessous du Ciel, il y a
quatre Eléments, non visibles à la vue, mais existants en effet ; au moyen de quoi, sous couleur
de doctrine Elémentaire, les Philosophes ont enseigné leur Science…

 

Le composé des composés par Albert le Grand

Le composé des composés
Albert le Grand

1
LE COMPOSÉ DES COMPOSÉS
D’ALBERT LE GRAND
Je ne cacherai pas une science qui m’a été révélée par la grâce de Dieu, je ne la garderai
pas jalousement pour moi seul, de peur d’attirer sa malédiction. Une science tenue
secrète, un trésor caché, quelle est leur utilité ? La science que j’ai apprise sans fictions,
je vous la transmets sans regrets. L’envie ébranle tout, un homme envieux ne peut être
juste devant Dieu. Toute science, toute sagesse vient de Dieu ; c’est une simple façon de
parler que de dire qu’elle vient de l’Esprit-Saint. Nul ne peut dire : Notre-Seigneur Jésus-Christ sans
sous-entendre : fils de Dieu le Père, par l’opération du Saint-Esprit. De
même cette science de vérité ne peut être séparée de Celui qui me l’a communiquée.
Je n’ai pasété envoyé vers tous, mais seulement vers ceux qui admirent le Seigneur
dans ses œuvres et que Dieu a jugé dignes. Que celui qui a des oreilles pour entendre
cette communication divine recueille les secrets qui m’ont été transmis par la grâce de
Dieu et qu’il ne les révèle jamais à ceux qui en sont indignes.
La nature doit servir de base et de modèle à la science, aussi l’Art travaille d’après la
Nature autant qu’il peut. Il faut donc que l’Artiste observe la Nature et opère comme
elle opère.

Le compemdium herméticum par Fiedrich Herbort

Le compemdium herméticum
Fiedrich Herbort

2
V I T R I O L U M
HERMETICUM
Vitrescibili-In-Terra-Regenerans-Illud-Oleum-Latet-Universalis-Medicina.
Cf. pages 18. § 79.
Sirach, XXXVI
II, 4 :
Le Seigneur fait croître et sortir de la terre les plantes médicinales et un connaisseur ne les
méprise pas.
Dans le Sel de la terre se trouve l’huile de la miséricorde etl’Eau de la Vie.
Réunir le feu et l’eau, Seigneur ! c’est le travail des tiens,
Car en Lui se trouvent puissance et force;
Savoir faire jaillir avec sagesse
La lumière des sombres ténèbres,
Voila la vraie maîtrise.
Eckhartshausen
 

 

Le Chemin du Chemin par Arnauld de Villeneuve

Notice sur le Semita semitae
Le chemin du chemin
par
Arnauld de Villeneuve

1
Notice sur le Semita semitae
le Chemin du Chemin
Arnauld de Villeneuve
1303
Ici commence
le Chemin du Chemin
traité court, bref, succinct, utile à qui le
comprendra. Les chercheurs habiles y trouveront une partie de la Pierre végétale que
les autres Philosophes ont cachée avec soin.
Père vénérable, prête-moi pieusement l’oreille. Apprends que le Mercure est le
sperme cuit de tous les métaux ; sperme imparfait, quand il sort de la terre, à cause
d’une certaine chaleur sulfureuse. Suivant son degré de sulfuration, il engendre les
divers métaux dans le sein de la terre. Il n’y a donc qu’une seule matière première
des métaux, suivant une action naturelle plus ou moins forte, suivant le degré de
cuisson, elle revêt des formes différentes. Tous les Philosophes sont d’accord sur ce
point. En voici la démonstration: Chaque chose est composée des éléments en
lesquels on peut la décomposer. Citons un exemple impossible à nier et facile à
comprendre: la glace à l’aide de la chaleur se résout en eau, donc c’est de l’eau, Or
tous les métaux se résolvent en Mercure ; donc ce Mercure est la matière première de
tous les métaux. J’enseignerai plus loin la manière de faire cette transmutation,
détruisant ainsi l’opinion de ceux qui prétendent que la forme des métaux ne peut
être changée. Ils auraient raison si l’on ne pouvait réduire les métaux en leur matière
première, mais je montrerai que cette réduction en la matière première est facile et
que la transmutation est possible et faisable. Car tout ce qui naît, tout ce qui croît, se
multiplie selon son espèce, ainsi les arbres, les hommes, les herbes. Une graine peut
produire mille autres graines. Donc il est possible de multiplier les choses à l’infini.
D’après ce qui précède, celui qui analyse les choses verra que si les Philosophes ont
parlé d’une façon obscure, ils ont dit du moins la vérité. Ils ont dit en effet que notre
Pierre a une âme, un corps et un esprit, ce qui est vrai. Ils ont comparé son corps
imparfait au corps, parce qu’il est sans puissance par lui-même ; ils ont appelé l’Eau
un esprit vital, parce qu’elle donne au corps, imparfait en soi et inerte, la vie qu’il
n’avait pas auparavant et qu’elle perfectionne sa forme. Ils ont appelé le ferment
âme, car ainsi qu’on le verra plus loin, il a aussi donné la vie au corps imparfait, il le
perfectionne et le change en sa propre nature.
Le philosophe dit: « Change les natures et tu trouveras ce que tu cherches. » Cela est
vrai. Car dans notre magistère nous tirons d’abord le subtil de I’épais, l’esprit du
corps, et enfin le sec de l’humide, c’est-à-dire la terre de l’Eau, c’est ainsi que nous
changeons les natures ; ce qui était en bas nous le mettons en haut, …

Le caducée hermétique et le miroir par Abraxa

Le caducée hermétique et le miroir
Abraxa

1
LE CADUCEE HERMETIQUE ET LE MIROIR
ABRAXA
Tout ce que nous enseignons est illusoire si cela ne se traduit pas par une pratique et par un acte.
On va te communiquer les directives concernant les premières opérations qui vont dans le
sens de la voie, que tu connais pour ce que je t’en ai dit précédemment.
Tu dois avant toutes choses maîtriser un trait de ta vie, de ta journée afin de fixer solidement
et activement une nouvelle qualité.
Détache-toi intérieurement de toi et de ce qui t’entoure, et essaye d’avoir une vie sobre,
sans effort, sans excès, neutre et équilibrée. Dors assez et dans l’alimentation soit modéré.
Que ton corps soit intact, calme, harmonisé. Fortifie ton âme avec ta puissance, épure-la
de l’impulsivité, de la passion, de l’agitation, puis fixe-la et amalgame-la dans ton corps.
Les autres êtres n’existent pas. Leurs actions et leurs pensées ou jugements ne te touchent pas – quelqu’ils soient.
Fais en sorte que rien ne puisse pénétrer en toi à ton insu : surveille, ce qui vient de
l’extérieur et ce qui émerge des profondeurs de ta propre conscience.
Observe en silence avec intelligence et imperturbablement, avec une main rapide et énergique freine tout jugement.
Si des passions te perturbent, ne réagis pas et ne te trouble pas. Conduis-les
au contraire délibérément à satisfaction et ensuite sépare-t-en.
Continue sur cette direction jusqu’à réussir à ressentir la frivolité, l’inutilité et les
pièges de chaque pensée, de telle façon que même ton mental peu à peu s’aplatisse et vienne s’accroupir en silence à tes pieds.
Ainsi tu mettras lentement sur pied une force qui te sera propre, semblable à un seigneur
dont le regard impose le silence, le respect ou le mépris aux esclaves qui l’entourent.
Ceci est notre or :
Quand tu auras travaillé tout ceci avec un art subtil et constant, avec force et douceur;
quand le stade équilibré et neutre sera devenu une chose permanente et naturelle, alors tu
auras l’impression de te rejoindre dans un sens d’intériorité dont tu n’avais aucune connaissance
auparavant. Observe cette sensation et entretiens-la. Lorsque tu t’en seras appropriée entièrement,
avec un acte intérieur sur lequel je ne peux rien te dire, parce que tu l’apprendras seul après
l’avoir découvert, cherche à la mettre en connexion avec le corps de telle sorte que, comme la
chaleur dans l’eau, elle s’y répande et à la fin des deux il ne résulte plus qu’une seule chose,
qu’un seul état. Cet état est l’état fluidique. Et l’opération dans notre tradition est dite :
la première extraction du mercure (de l’Hermès☿) de la minière.
Garde bien ta conscience, cet état, immobile, avec une fermeté calme. Puis laisse-le aller,
puis ré-évoque le, à plusieurs reprises : étudie-le, apprend le, jusqu’à ce que tu le ressentes
comme une réalité qui attend dans le subconscient, prête à surgir à ton appel. Quant tu auras
conquis ce point, sois certain d’être allé suffisamment loin.
Je ne te parlerai pas des différentes propriétés du corps fluidique
en fonction des différentes opérations, sauf sur la première desquelles je t’instruirai. Sache seulement que
chaque rapport sexuel qui sera dominé par la soif de la volupté le paralysera, le rendra inerte et faible
– surtout chez les tempéraments nerveux.
Sache qu’il est dynamisé par le régime végétarien, par le jeûne, et aussi par les parfums
magiques, comme le précise un de ses noms, qui est “le corps aromatique” et, …