Sortie hors du corps

Cela s’est passé quand j’avais 13 ans. J’étais une petite fille très ordinaire. J’avais une vie simple entre la maison et le lycée. Bien sûr, toute petite, j’avais posé les questions que posent tous les enfants : pourquoi on vit ? Qu’est ce qu’il y avait avant le début ? Est-ce qu’il y aura une fin ? Qu’est ce qu’il y a après l’horizon, après ce qui est après ? etc…. Je m’étais habituée à l’idée que les adultes n’ont pas de réponse à ces questions, que même les plus grands scientifiques n’en ont pas … J’essayais donc de donner un sens à ma vie en ayant les rêves et les projets que l’on apprend aux enfants à avoir. J’y arrivais presque.

Et puis une nuit, toute ma vie s’est trouvée changée :

J’étais allongée sur mon lit, parfaitement réveillée, quand je suis sortie hors de mon corps en toute conscience. Bien sûr, à cette époque, je ne savais absolument pas que de telles choses étaient possibles.

Je n’avais pas peur. J’ai voyagé à une vitesse vertigineuse dans les espaces sidéraux, froids et bleu sombre d’après mes perceptions. J’allais à la vitesse de la pensée, je me percevais en tant que pur esprit, détaché de toute enveloppe corporelle. Je voyageais dans l’infini des mondes, percevant les circuits de gravitation des corps célestes, ne m’en approchant pas.

Je suis arrivée à une sorte de “carrefour” de l’espace-temps, attendant une sorte de permission pour passer… Puis j’ai quitté et l’espace et le temps pour me retrouver à l’intérieur même de toute chose, dans l’unité. Mon esprit n’était plus différencié du “tout”…Il y avait durant tout ce voyage une incroyable intensité de conscience et d’énergie pure, à coté de laquelle la vie sur Terre ressemble à un sommeil épais et interminable.

Donc, après différentes étapes impossibles à décrire avec des mots, je suis revenue dans l’atmosphère terrestre, au-dessus de la maison dans les bois d’acacias ou était resté mon corps de petite fille. Je me percevais alors comme un très grand volume de présence invisible, car transparente. Là, “on”, c’est-à-dire d’après ce que je ressentais, une sorte de conscience absolue, m’a appris beaucoup de choses sur différents sujets, et “on” m’a prévenue que j’allais devoir presque tout oublier en rentrant dans mon corps, car cette perte de conscience est inhérente au fait de vivre dans un corps condensé comme ceux que nous avons sur Terre.

Je me demandais comment faire pour rentrer dans un corps si petit, étant donné le grand volume du corps transparent dans lequel je résidais, juste au-dessus des arbres…

Finalement j’ai réussi à rentrer dans mon corps physique, en comprimant une partie de mon grand ” volume ” transparent. Dès que je suis rentrée, j’ai vérifié si j’étais bien partout, dans les jambes et les bras, et j’ai pensé que sans doute j’avais dû être morte tant que je n’étais plus dans mon corps, et j’ai pensé qu’heureusement mes parents n’étaient pas entrés dans la chambre, car me croyant morte, on aurait pu m’enterrer…

Comme quoi, étant enfant, on a beau vivre des expériences transcendantes, on garde le sens des réalités pratiques…

Dans les nuits qui ont suivi, j’avais encore la mémoire interne de ce qui s’était passé, et je savais que j’avais la possibilité de me décrocher de mon corps si je le voulais. Je ne l’ai pas fait car n’ayant pas décidé par moi-même de sortir de mon corps la première fois, j’ai pensé que si je n’étais plus guidée par la sorte de perfection qui avait décidé de mon voyage, je risquais de n’être pas à la hauteur de la situation…

J’ai vécu au début cette expérience très innocemment, mais j’ai vite perçu qu’il valait mieux n’en parler à personne, de peur que l’on me dise que j’avais rêvé, dans le meilleur des cas, ou que l’on me prenne pour une folle dans le pire.

Donc j’ai passé 10 ans de ma vie sans parler de cette expérience et sans entendre parler de quelqu’un ayant vécu ce type de voyage, 10 ans avec la nostalgie infinie de cette intensité de présence que j’avais ressentie en étant hors de mon corps.

A 23 ans “par hasard”, j’ai assisté à une conférence d’une personne plus courageuse que moi, et qui affirmait être sortie de son corps, elle aussi. Quel soulagement ! Ainsi donc je n’étais pas seule et de plus cette expérience devenait objective, car qu’est-ce que l’objectivité sinon la réunion de plusieurs subjectivités…

Puis je me suis mise à lire des livres, je me suis rendu compte que depuis toujours certains humains sortaient de leur corps, cela fait partie de nos capacités les plus ancestrales et originelles, juste, on ne nous l’apprend nulle part, ni à l’école, ni à l’église, ni dans la famille. Tout le monde a oublié…Mais quand même, cela continue de se passer, souvent par surprise, chez des êtres pas du tout préparés, dans des conditions extrêmes entre la vie et la mort, lors d’accidents, d’accouchements ou de maladies.

Les enfants aussi volent, avant qu’on ne leur apprenne qu’ils ne savent pas voler, même s’ils voient leur corps d’en haut, étendu sur le lit, et s’ils peuvent décrire tout ce que font les gens dans la maison lorsqu’ils volent…

Alors aujourd’hui, je  voulais juste faire un signe à tous ceux qui savent bien que le monde est plus mystérieux que l’écran rassurant mais si ennuyeux que l’on nous présente, un signe pour dire, je suis là, où êtes-vous, vous, les volants ?

Leave a Reply