Un joli conte à écouter sur Youtube

A titre d’exemple, et pour que vous n’hésitiez pas à inventer vos propres contes dans toutes les directions, écoutez celui-ci sur Youtube.


La Fée des Rêves – Conte de Fée pour petits et grands Enfants, par Le Miroir des Contes lemiroirdescontes.com

Attention ! Ce conte sur Youtube n’est pas de moi. Par contre, je suis l’auteure de tous les autres contes publiés antérieurement sur ce blog.

A l’origine, j’avais ouvert ce blog pour ne publier que mes écrits. Mais on trouve bien des choses intéressantes sur internet…

Si vous voulez publier vos oeuvres dans un blog, créez votre propre Blog QUALITATIVELIFE. C’est facile et ainsi vous ferez partie d’une communauté de blogueurs qui sont tous positifs et gentils. Vous trouverez un tutoriel en français quelque part dans la liste des blogs.  

Retour à la page d’accueil.

***

Posted in Contes | Comments Off on Un joli conte à écouter sur Youtube

ATELIER : CONTES MAGIQUES

Atelier de création d’histoires magiques et poétiques
Notre but : faire vivre en soi et pour les autres le monde subtil de beauté et de bonté qui sert de lien entre notre vie d’humains terrestres et l’esprit supérieur qui nous guide vers la vérité, qu’on en soit conscient ou non.
En un mot : POSITIF.
Pas de monstres, pas de violence, rien que de gentils dragons qui veillent sur les portes entre les mondes. Les fées sourient en babillant et si les lutins vous posent parfois des épreuves difficiles à franchir, ce n’est que pour vous aider à vous débarrasser des lourdeurs qui vous empêcheraient de vous avancer dans ce monde et d’y être heureux.

INVENTER UNE HISTOIRE : Je commence et vous continuez.

Il était une fois un petit garçon qui sortit un jour pour regarder les fleurs dans le jardin de sa maman.
Mais ce jour-là n’était pas un jour comme les autres. C’était un jour où le ciel avait décidé de regarder particulièrement dans la direction de ce jardin-là. Alors le petit garçon sentit qu’il se passait quelque chose…

CONTINUEZ L’HISTOIRE …

Une grande marguerite qui poussait là près d’un rosier encore en boutons se pencha pour lui dire :
“Tu as senti ?”
Le petit garçon faillit sauter en l’air de surprise. Cent fois il était passé juste là, en frôlant les grandes marguerites près du perron, et jamais une seule ne lui avait parlé.

CONTINUEZ L’HISTOIRE à votre manière …

Si vous croyez que les fleurs ne parlent pas, laissez-moi vous raconter une histoire vraie.

1996, dans le centre de la France.
Par un bel été des années 1990, dans le centre de la France, je me promenais quelque part au bord de la Loire. Nous étions en pleine sécheresse et le niveau du fleuve était au plus bas. Après avoir passé un grand pont métallique sur lequel je m’étais arrêtée pour observer l’immense lit creusé par les eaux, je décidai d’y descendre et trouvai un petit chemin. Parmi les galets qu’avaient charrié les crues de l’hiver, des plantes avaient eu le temps de pousser ici et là. Je marchais précautionneusement sur ce sol inégal tout en me parlant à moi-même :
“Bon ! Il paraît que le lit de la Loire est l’une des deux dernières zones encore sauvages d’Europe, l’autre étant le delta du Danube. Ce sont des endroits qu’il faut protéger, écologie, flore, faune… blabla. Mais alors, qu’est-ce qui fait la différence entre cette zone sauvage et les bois et prairies qui la bordent ? Ils sont aussi pleins de faune et de flore à protéger… ??”
Je tendis tous mes efforts de perception pour essayer de sentir ce qui rendait cet endroit si particulier…
C’est alors qu’en dépassant un petit buisson aux fleurs discrètes sur ma gauche, j’entendis une voix me dire :

“Cueille-moi !”

La voix venait de la gauche alors je me retournai vers ces fleurs sauvages qui poussaient là, des sortes de minuscules marguerites avec un centre jaune bombé. Est-ce que ça m’avait vraiment parlé ?
La voix reprit :

“Cueille-moi !”

J’avais depuis longtemps perdu l’habitude de cueillir les fleurs des champs au bord des routes. C’était quelque chose que je faisais lorsque j’étais enfant car nous n’avions pas de jardin.
Mais la fleur est un être complet qui possède des racines et un élan vers le ciel, juste comme l’être humain. Il faut la laisser accomplir son rôle : au-delà de sa beauté, il faut qu’elle produise ses graines pour nourrir les oiseaux et la faire ressurgir au printemps.
C’est comme l’être humain. Si vous le coupez de ses racines et que vous l’empêcher d’accomplir son rôle total, vous en faites un travailleur robotique, un consommateur décérébré vautré devant la télévision où il regarde l’émission “Des racines et des ailes” sans même se préoccuper du sens des mots.
Après un temps d’hésitation, je finis par détacher délicatement un rameau de taille modeste et je dis :

“Merci.”

Je conservai longtemps près de mon lit cette petite branche aux fleurs odorantes. Cette expérience est toujours très vive au fond de ma mémoire.

Une “Zone sauvage”, c’est peut-être un endroit où les perceptions peuvent s’aiguiser, où l’on reçoit les effluves du monde vivant originel, là où tout est en continuité comme au paradis terrestre.
Alors, venez nous raconter les histoires que vous avez cachées tout au fond de votre zone sauvage, et qui n’attendent que de pouvoir être racontées dans un espace fait pour ça, sans critique littéraire et sans les ricanements de ceux qui ne croient plus à rien.

CLUB QUALITATIVELIFE
Atelier : “CONTES MAGIQUES CREATION D’HISTOIRES POETIQUES”
Tous les mercredis sur TEAMSPEAK3 et le monde virtuel POINT DE CONVERGENCE, rendez-vous près du feu.
De 19h à 20h. http://clubqualitativelife.com  

(Installez POINT DE CONVERGENCE directement grâce à la page qui s’ouvre après la vidéo. Sous l’onglet “Aide” vous trouverez un tutoriel pour installer Teamspeak)

Venez avec votre âme d’enfant.

Liste des activités quotidiennes du CLUB QUALITATIVELIFE :   http://clubqualitativelife.com/activites-du-club/

Retour à la page d’accueil

***

Posted in Atelier d'écriture | Tagged , , , , , , | Comments Off on ATELIER : CONTES MAGIQUES

Et si vous étiez un “alien” ?

Qui sont vraiment les extraterrestres ?
Lou Baldin est un contacté américain qui a servi d’intermédiaire télépathique entre l’armée américaine et certains “visiteurs” venus d’autres planètes.
Parvenu à la fin de sa vie, il raconte ses expériences dans le livre : “Une Journée avec un Extraterrestre” publié sur Amazon.com en format kindle à un prix très modique.

En voici un extrait :

“Quand j’étais dans l’armée américaine, je n’ai pas seulement vu des vaisseaux spatiaux aliens, mais j’ai voyagé dans plusieurs d’entre eux. À l’intérieur, la vie se déroule vraiment comme dans ”Alice au Pays des Merveilles”. Je pense que tout ce que j’ai vécu était bien réel, mais quand on est à bord d’un vaisseau, il est impossible de séparer le réel de l’imaginaire, puisque tout se passe dans une autre dimension. Par contre, à la minute même où vous sortez du vaisseau, le mental retrouve son fonctionnement “normal”.
Le vaisseau dont je me souviens le mieux avait des couloirs. Il y avait un couloir principal circulaire, comme un vestibule qui séparait les hublots de l’intérieur du vaisseau. Je pouvais marcher le long de ce couloir circulaire et regarder à travers tous les hublots. La vue était claire comme du cristal. À’intérieur, il y avait des compartiments confortables. Mais je n’ai jamais vu de salle de pilotage ni de salle des machines.
J’étais dans le vaisseau quand, à un moment, il s’est ”envolé” de cette planète. Mais il n’y avait aucune sensation de mouvement, ni de force motrice ou gravitationnelle. Je me tenais debout en train de regarder par un hublot et en quelques secondes, je me suis retrouvé dans l’espace sans avoir rien senti !
Tout semblait fonctionner de façon autonome. À un moment, j’ai aperçu d’autres humains peut-être 4 ou 5, qui étaient assis dans l’un des compartiments, mais on ne s’est pas parlé. Ils étaient occupés. Moi, j’étais en contact avec un alien… ”
(suite dans le site http://www.erenouvelle.fr/archives/2011/07/25/21671378.html )

Le site en français de Lou Baldin est ici : https://guidebaldinfr.jimdo.com
Vous pouvez y télécharger certains de ses livres en pdf gratuits : https://guidebaldinfr.jimdo.com/livres/

Dans celui-ci : “En Lien avec un Ovni”, Lou Baldin raconte une version du crash de Roswell qui n’a rien à voir avec tout ce qui s’est raconté sur le sujet pendant des décennies.

ALORS, QUI SONT VRAIMENT LES EXTRATERRESTRES ?

Vous avez le droit de vous faire votre propre opinion sur le sujet.

Mais la lecture de ce pdf m’a donnée une idée de travail que je trouve intéressante.

ATELIER D’ECRITURE : Ecrivez une courte nouvelle sur le sujet suivant.

Vous êtes un extraterrestre arrivant sur Terre et votre vaisseau est en train de se “crasher” à Roswell. Racontez votre version de l’histoire.

Amusez-vous bien ! (vous pouvez en faire plusieurs).

 

Retour à la page d’accueil

 

***

 

Posted in Atelier d'écriture | Comments Off on Et si vous étiez un “alien” ?

Retour (atelier d’écriture)

Atelier d’écriture : Ici, la consigne est l’utilisation stricte de deux sonorités, deux rimes assonancées – IN et ENCE – répétées en alternance dans une suite de vers selon un rythme 8/8. Tous les vers ont 8 pieds et la terminaison féminine de ENCE n’est pas comptée comme un pied supplémentaire.

Exercice : Choisissez deux sonorités. Pour chacune, établissez une liste de mots se terminant par cette sonorité. Puis tentez d’écrire un poème comportant ces vers et respectant la contrainte de nombre de pieds que vous aurez choisie (5, 8, 10 pieds, alexandrins, à votre choix). Vous verrez bien quel thème surgira de vos deux listes de mots… Surprise assurée.

RETOUR (essai systématique)

Tout ce que tu tiens dans tes mains
Est le cadeau de l’immanence
Ne laisse pas ternir l’écrin
Du diamant de ta puissance
En voulant gagner trop de bien
On fait du mal à l’innocence
Vouloir toujours rester serein
Malgré l’horrible violence
Du monde apparent des humains
Sorti d’un gouffre de souffrance
C’est ainsi que l’enfant revient
Vers le bonheur de la conscience
Du père qui prendra demain
Dans ses bras son évanescence
Pour l’élever vers son dessein
Retournant vers la sapience
Des anges adorant au matin
La divine quintuple essence
Dans l’émanation du jardin
Qui quintessencie la présence
De l’âme et de l’esprit certain
De maîtriser la connaissance
… (inachevé)

12308636_934624926608297_7315758744403559849_n

Retour à la page d’accueil

 

Posted in Atelier d'écriture | Comments Off on Retour (atelier d’écriture)

Désir d’envol (atelier d’écriture)

Désir d’Envol

Atelier d’écriture : Modèle de poème libre en trois strophe, avec la seule contrainte de rappeler une image précise au début et à la fin de chaque strophe, comme une rime unique. Ici “Ciel” et “les oiseaux”.

Exercice : Choisissez un thème pour votre poème. Définissez 3 modes de développement de ce thème, avec une progression. Vous devez rappeler le thème au début et à la dernière ligne de chaque développement.

Désir d’Envol

Ciel pur
Dégagé des nuages
Rien d’autre ne te trouble
Que le tracé du vent et le passage des oiseaux.

Ciel bleu
J’aspire à ta sérénité
Je sens sur mon visage
La douce brise parfumée
Qui vient des îles d’or où vivent les oiseaux.

Ciel serein
Sans l’ombre d’un orage
La mer palpite sous la coque du bateau
Je tends les mains vers toi
O maître de l’envol
Que reviennent vers moi les ailes des oiseaux !

(21/07/1996)

10426852_809681015732611_3065106919153580534_n

Retour à la page d’accueil

Posted in Atelier d'écriture | Comments Off on Désir d’envol (atelier d’écriture)

Poésie, ma jolie musique

Musique dans la tête

Ecrire un poème, c’est assembler les sonorité qui vibrent dans les mots qu’on entend à l’intérieur de soi, au delà du sens du texte.

Le sens a aussi son importance. On peut assembler plusieurs sens qui s’entrechoquent en plus des sons…

Le sens est surtout support d’images. Parfois plusieurs pour un seul mot…

Quand j’étais petite, je m’amusais ainsi. Je prenais un mot qui avait un sens précis, et je le répétais sans arrêt dans ma tête jusqu’à ce qu’il ne soit plus qu’un assemblage de sonorités sans aucune signification. A ce moment-là, je ressentais un vertige terrifiant : quand les mots n’ont plus de sens et qu’on n’est plus que dans le son pur, où est-ce qu’on est ? Très rapidement, je trouvais un autre mot qui avait un sens, celui-là, afin d’être à nouveau dans ce qu’on appelle “le langage”, c’est-à-dire un truc pour communiquer.

C’était une sorte de vertige que j’ai presque retrouvé en lisant les poèmes d’un auteur français qui s’appelle Saint-John Perse. De son vrai nom Alexis Leger (qu’il demandait qu’on prononce “Leuger” et non “Léger” – oops! ça démarre déjà très fort…), c’était un diplomate du gouvernement français (ah! Tiens, comme Claudel, dont la poésie est presque aussi absconse…) en poste à Pékin (ah! immergé dans une langue qui ne s’écrit pas avec nos lettres, dont on ne peut qu’imaginer les sonorités en voyant les caractères dessinés…), Saint-John Perse donc n’écrivait qu’avec des sons. Il se fichait comme d’une guigne du sens logique et mental de la phrase.

Ses poèmes sont néanmoins traduits en plusieurs langues (je me demande comment ils ont fait – les traducteurs, je veux dire…). Il fut déchu de la nationalité française par le gouvernement de Vichy en 1940 (on comprend pourquoi: ça ressemblait trop aux messages cryptés radiophoniques émis sur la France par les résistants de Londres : “tilala tilala tilala Les carottes sont cuites, je répète, les carottes sont cuites”). mais néanmoins reçut le Prix Nobel de Littérature en 1960.

J’ai l’air de rigoler comme ça, mais en fait, un poème de Saint-John Perse, c’est beau et ça fait voyager très fort.

Autrefois je possédais un recueil de cet auteur, que j’ai perdu il y a longtemps et je le regrette. J’aimerais le retrouver.

EXTRAIT d’une “Chanson” publiée dans ce site :   https://www.poesie.net/perse1.htm et que par conséquent je n’ai pas le droit de citer en entier (mais je vous engage à cliquer pour aller le lire…)

“Et ce n’est point qu’un homme ne soit triste, mais se levant avant le jour et se tenant avec prudence dans le commerce d’un vieil arbre, appuyé du menton à la dernière étoile, il voit au fond du ciel de grandes choses pures qui tournent au plaisir.

Mon cheval arrêté sous l’arbre qui roucoule, je siffle un sifflement plus pur…”

EXTRAIT N°2 (copié ici, avec mes excuses : http://www.sjperse.org/amers.html 

“Nous franchirons enfin le vert royal du Seuil ; et faisant plus que te rêver, nous te foulons, fable divine !… Aux clairières sous-marines se répand l’astre sans visage ; l’âme plus que l’esprit s’y meut avec célérité. Et tu nous es grâce d’ailleurs. En toi, mouvante, nous mouvant, nous épuisons l’offense et le délit, ô Mer de l’ineffable accueil et Mer totale du délice !”

A la question “Pourquoi écrivez-vous ?” il répondait : “Pour mieux vivre.”

Les poèmes de Saint-John Perse sont la propriété de Gallimard, au point qu’il est très difficile d’en trouver des extraits en ligne. Tant pis pour vous, O élitistes qui méprisez les masses !

Visitez aussi ce site : http://www.babelio.com/auteur/Saint-John-Perse/23470 dans lequel on peut trouver les EXTRAITS suivants :

“C’étaient de très grands vents, sur toutes faces de ce monde,
De très grands vents en liesse par le monde, qui n’avaient d’aire ni de gîte,
Qui n’avaient garde ni mesure, et nous laissaient, hommes de paille,
En l’an de paille sur leur erre… Ah ! oui, de très grands vents sur toutes faces de vivants !”

“Ne crains pas, ni ne doute, car le doute est stérile et la crainte est servile. Écoute plutôt ce battement rythmique que ma main haute imprime, novatrice, à la grande phrase humaine en voie toujours de création.”
(extrait du discours d’allocution au banquet Nobel du 10 décembre 1960)

“Tu es là, mon amour, et je n’ai lieu qu’en toi. J’élèverai vers toi la source de mon être, et t’ouvrirai ma nuit de femme, plus claire que ta nuit d’homme ; et la grandeur en moi d’aimer t’enseignera peut-être la grâce d’être aimé. Licence alors aux jeux du corps ! Offrande, offrande, et faveur d’être ! La nuit t’ouvre une femme : son corps, ses havres, son rivage ; et sa nuit antérieure où gît toute mémoire. L’amour en fasse son repaire!”

“Ceux qui sont vieux dans le pays le plus tôt sont levés
à pousser le volet et regarder le ciel, la mer qui change de couleur
et les îles, disant : la journée sera belle si l’on en juge par cette aube.
Aussitôt c’est le jour ! et la tôle des toits s’allume dans la transe, et la rade est livrée au malaise,
et le ciel à la verve, et le Conteur s’élance dans la veille !
La mer, entre les îles, est rose de luxure ; son plaisir est matière à débattre, on l’a eu pour un lot de bracelets de cuivre !”

(Avec mes excuse pour tous ceux que ce post énerve ou met en colère ou dans un état d’incompréhension gênée.)

Un loft dédié à la création d’histoires poétiques

Je vais créer mon loft dans le CLUB QUALITATIVELIFE avec une heure par semaine dédiée à la création débridée de poèmes. Ce sera un peu comme un atelier d’écriture.

Je proposerais des mots, un rythme de phrase, et chacun pourrait les utiliser pour créer des images mobiles et sonores sur sa page.

Ou alors, je commencerais une histoire et passerais la parole à quelqu’un pour qu’il l’a continue puis passe la parole au suivant…

Une heure par semaine pour s’amuser avec les sonorités et les images de la langue française.

Je vous propose de m’y rejoindre pour s’amuser ensemble à assembler des sons et des images pour créer du sens insensé ou terriblement prégnant.

J’ai bien dit “s’amuser”, hein ? Halte au mental critiquant, docte et professoral. Ici on fait de la musique avant toute chose.

A bientôt dans le Club Qualitativelife

Retour à la page d’accueil

*

Posted in Atelier d'écriture | Tagged | Comments Off on Poésie, ma jolie musique

En 2017, contactez les fées

Ils existent et vous pouvez les rencontrer.

Fées, elfes, gnomes, sirènes, licornes… Une conférence de Gabrielle Isis.

YouTube Preview Image

Ne manquez pas de visiter le Club Qualitativelife, dont vous trouverez la vidéo de présentation en cliquant sur ce lien. Visualisez-la en grand écran, c’est plus impressionnant !

Homepage (page d’accueil)

 

Posted in Légendes urbaines | Comments Off on En 2017, contactez les fées

Télépathie intersidérale

Il est dit que certaines races extraterrestres, des milliers d’années plus évoluées que nous, commandent leurs vaisseaux par télépathie.

C’est aussi le cas des supraterrestres, ceux qui voyagent dans les mondes de l’énergie. Ils sont à peine formalisés et nous n’en percevons que les lignes structurales.

Vaisseau-Mona-Telepath

Posted in Idées | Tagged , , , | Comments Off on Télépathie intersidérale

Le Club Qualitativelive se renouvelle

C’est nouveau !

Le CLUB QUALITATIVELIFE s’est réveillé avec plein de nouveautés !

Et si vous aimez les voyages, tels que ceux que je vous ai racontés dans ce blog, vous aimerez les nouveau MONDES VIRTUELS du CLUB QUALITATIVELIFE nouvelle version.

Allez vite voir dans la page : http://clubqualitativelife.com/

Vous pouvez visiter sans vous inscrire, mais c’est mieux en étant inscrit, vous aurez accès à plus d’informations.

Bon voyage !10259989_10203583778984364_2806709275991615826_n

Posted in Voyages | Comments Off on Le Club Qualitativelive se renouvelle

Le temps des Rois-Géants

gilgamesh-epopee(Image : copyright Monalis Andel)

LEGENDES URBAINES : BABYLONE

Ainsi commence la légende inscrite sur 12 000 tablettes d’argile, premier roman laissé en héritage à l’humanité par nos ancêtres, les Sumériens :

« Au commencement était Uruk, première cité des hommes. Noires comme la nuit, plus hérissées que des nids d’oiseaux, ses énormes murailles inspiraient le respect ou l’effroi.
Au coeur de la cité s’élevait la Maison du Ciel. Le fondateur de cette cité, en des temps très reculés, avait bâti de ses mains les murailles aux pierres colossales.
Sur la  Maison du Ciel, il dressa le paratonnerre d’or qui attire le feu d’Ishtar. »

Lisez la suite ici : GILGAMESH ((Xavier Séguin, Eden-Saga)

*

Posted in Légendes urbaines | Tagged , | Comments Off on Le temps des Rois-Géants