NOS AMIS LES ANIMAUX EN VOIE D’EXTINCTION

ESPECES ANIMALES MENACEES

Extinction des espèces :

Sur 41 415 espèces d’animaux recensées sur terre, 16 306 sont menacées d’extinction, soit 188 espèces de plus qu’en 2006.

Les pays où les espèces disparaissent le plus vite sont l’Equateur (2 178 espèces en danger), les USA (1 179 espèces), la Malaisie, l’Indonésie, le Mexique, la Chine, le Brésil, l’Australie, la Colombie et la France avec 641 espèces menacées, dont 517 dans les territoires d’Outre Mer. (www.planetoscope.com)

La Liste rouge des espèces menacées en France révèlent que 11 espèces de mammifères sur 119 (10 espèces continentales et 1 marine) sont menacées de disparition du territoire métropolitain.

Cette année, 1.217 oiseaux figurent parmi les espèces menacées sur les 9.956 suivies par l’UICN. 73 espèces d’oiseaux sur 277 sont actuellement menacées sur le territoire français.

7 espèces de reptiles sur 37 et 7 espèces d’amphibiens sur 34 sont actuellement menacées sur le territoire métropolitain.

Au total, la Liste Rouge de l’UICN comprend maintenant 44.838 espèces, dont 16.928 sont menacées d’extinction (38 %). Parmi ces dernières, 3.246 se trouvent dans la catégorie la plus menacée, « en danger critique d’extinction », 4.770 sont « en danger » et 8.912 « vulnérables » à l’extinction.

En 2008, de nouvelles espèces ont fait leur entrée sur la Liste Rouge de l’UICN : les mygales indiennes, très prisées par les collectionneurs et menacées par le commerce international d’animaux de compagnie, 20 espèces de mérou, 366 espèces d’amphibiens.

Le nombre total d’espèces éteintes a atteint le chiffre de 785 et 65 autres n’existent qu’en captivité ou en culture.  Au total,  1 mammifère sur 4, 1 oiseau sur 8,  1/3 des amphibiens sont en péril. (http://www.actuenvironnement.com/ae/news/liste_rouge_uicn_2008_5898.php4)

Avant 2025,  1/4 des espèces sur terre peuvent être en danger d’extinction : 1 mammifère sur 4,  1 oiseau sur 8,  1/3 des amphibiens. Les espèces s’éteignent à une vitesse 1 000 fois supérieure à la normale. (documentaire Home)

Par le trafic des animaux sauvages, un commerce illégal :

Le commerce international des espèces sauvages représente entre 10 et 20 milliards d’euros par an, dont environ un tiers provenant de ventes illégales. Il s’agit du troisième plus gros trafic illégal mondial, derrière le trafic de drogue et le trafic d’armes.

Le trafic d’ivoire atteint des records. La hausse du braconnage est alimentée par un accroissement de la demande en Asie. Ce serait 20 000 éléphants qui seraient tués pour leur ivoire. Les saisies d’ivoire braconné se sont montées à 24 tonnes en 2006, ce qui ne représente que 10 à 15% du trafic total réel. Le commerce illégal de la faune sauvage, à l’échelle internationale, est évalué à 20 milliards de dollars par an.

La chasse aux phoques reste le plus grand massacre de mammifères marins avec 900 000 phoques environ tués chaque année dans le monde à des fins commerciales ou de subsistance.

Le Japon et la Norvège refusent d’appliquer les lois internationales concernant les grands mammifères marins. Le Japon tue chaque année plus de vingt mille cétacés (baleines, dauphins, marsouins de Dall, orques, etc.).

200 millions de requins seraient  massacrés chaque année. Le goût pour le potage d’aileron de requin est  la cause d’une pêche cruelle et immodérée. Les requins sont rejetés à la mer vivants une fois leur aileron coupé et ils peuvent y survivre un ou deux jours avant de mourir. (www.planetoscope.com)

Par la pêche intensive :

Le poisson est l’aliment de base de 1/5 de la population mondiale. (documentaire Home)

Nous mangeons deux fois plus de poisson qu’en 1995 soit 16,3 kilos par habitant,   soit  132 millions de tonnes contre 20 millions en 1950. (http://www.invenio.fr)

Les 3/4 des zones de pêche sont épuisées. 77% des stocks de poissons sauvages sont presque épuisés. (documentaire Home)

Alors qu’1 espèce de poisson sur 3 est menacée d’extinction, que les chalutiers vont toujours plus loin et sont toujours mieux équipés, les eaux de surface de nos océans sont de plus en plus vides et que les modèles informatiques prédisent la disparition globale de tous les stocks de poissons actuellement pêchés pour le milieu du 21ème siècle, (http://www.invenio.fr)

Les océans sont surexploités : seuls 0,6% des océans sont exempts d’intervention humaine aujourd’hui et seulement 4 % des océans restent intacts.

Un rapport de la Banque mondiale et de l’Agence de l’ONU pour l’alimentation et l’agriculture estime à 50 milliards de dollars par an le gaspillage dû à une mauvaise gestion des pêcheries, soit un manque à gagner, sur les trois décennies, équivalent au PIB de l’Italie !

100 millions de tonnes de poissons sont pêchées chaque année dans le monde. Mais 30 millions de tonnes de poissons morts sont rejetées sans être commercialisées ni consommées : un résultat de la pêche industrielle aveugle, de prises non conformes aux goûts des consommateurs ou de tailles minimales de débarquement non respectées. Ces 30 millions de tonnes gaspillées suffiraient à maintenir la moitié du niveau de consommation pour toute la future population mondiale d’ici 2050. (http://www.invenio.fr)

Chaque cétacé consomme en moyenne 2 tonnes de nourriture par jour. On dénombre actuellement environ un million de baleines dans le monde, celles-ci sont gravement menacées par les prises accidentelles en filets dérivants, la famine et la pollution. (www.planetoscope.com)

30% des coraux ont disparus.  (documentaire Home)

Par  l’alimentation carnée :

  • De par le monde 50 milliards d’animaux meurent chaque année pour la consommation humaine.
  • Au Canada, 40 000 animaux à l’heure meurent dans les abattoirs. Selon l’Agence canadienne de l’inspection des aliments, plus de 800 millions d’animaux sont abattus annuellement au Canada. Ces animaux vivent dans des conditions qui ressemblent à celle de l’holocauste ; une vie misérable qui se termine dans un abattoir.
  • Le Québec est le deuxième producteur de dindes en importance au Canada, derrière l’Ontario, avec 26,5 millions d’oiseaux.
  • Aux États-Unis, 80% du “bœuf haché” provient de vaches laitières.
  • En Amérique du Nord, chaque année, plus de 3 milliards de poulets sont tués.
  • En Corée, plus de 2 millions de chiens et de chats morts pour la consommation humaine ; dans plusieurs pays d’Asie – Philippines, Cambodge, Vietnam – La chair de ces animaux est considérée comme particulièrement bonne au goût si l’animal meurt lentement, en étant battu, brûlé, ou étranglé et même écorchés vivants ; les chats sont bouillis vivants; la Corée exporte annuellement à l’étranger plus d’un million de peaux de fourrure de chien.
  • En Amazonie, en 1988, une quantité d’arbre représentant une surface de 34 000 km sur 7 millions de km de forêt tropicale, ont été abattus et brûlés pour créer des pâturages pour le bétail.
  • Le Costa Rica, le Salvador, le Guatemala, le Nicaragua, le Honduras et le Panama exportent pour plus de 200000 livres de viande aux États-Unis.
  • Après le lait, le cochon est la plus importante production agricole du Québec.
    Nombre total de cochons tués en 2002 au Québec7 millions et (20 millions au Canada).
  • 40% de la production québécoise est exportée, principalement vers les Etats-Unis et le Japon. Le cochon québécois est vendu dans 36 autres pays. En 1995, le cheptel a augmenté de 85%. Il s’agissait de la plus forte augmentation de toutes les productions animales.
  • Une ferme moyenne de 2,000 cochons produit en une semaine 30 tonnes de fumier et encore plus d’urine.
  • À l’échelle mondiale, on utilise plus de 27,000 tonnes d’antibiotiques. Les cochons consomment 60% du volume total, les volailles environ 20%.
  • Les céréales requises pour 100 vaches nourriraient 2,000 humains.
  • On estime que la moitié de la consommation d’eau potable mondiale est destinée à la production de viande et de produits laitiers. Aux États-Unis 80% de l’eau potable sert à l’élevage des animaux, l’industrie de la viande est une catastrophe écologique pour notre planète.
  • En Californie, l’industrie laitière, la plus importante du pays, consomme autant d’eau qu’une ville de 22 millions d’humains.
  • Aux Etats-Unis, 70% des céréales vont aux animaux d’élevage et à l’échelle planétaire, 90% des cultures de soya vont aux bétails, si toute les céréales utilisées pour le bétail américain étaient consommées directement pour les humains elles pourraient nourrir 800 millions d’humains.
  • Un abattoir de volailles utilise 100 millions de gallons d’eau par jour, l’équivalent de la consommation d’une ville de 25,000 habitants.
  • Aux États-Unis, les activités intenses des fermes d’élevages ont généré 4 milliards de tonnes de déchets animaux en 1996 polluant les eaux plus que toutes autres sources industrielles combinées( Ministère de l’environnement américain )
  • Un bovin produit 23 tonnes de déjections par an. Pour chaque kilogramme de bœuf environ 40 kg de fumier sont produits. Les excréments d’animaux engendrent d’énormes quantités d’ammoniac responsable de la sur-fertilisation des cours d’eau. L’élevage des animaux est responsable pour environ 40% des émissions globales de gaz d’ammoniac – dont on prévoit une augmentation d’au moins 60% d’ici 2030 qui sont l’une des causes majeures des pluies acides.
  • Sur toute la planète il existe plus de 28 000 restaurants McDonald dans 100 pays. 5 McDonald s’ouvrent tous les jours sur la planète. Quand McDonald décide de mettre du bacon dans ses hamburgers, cela équivaut à deux millions de livres de tranches de cochon par semaine en Amérique du Nord. En France, McDonald tue pour ses restaurants, 450.000 bovins, 10 millions de poulets et 230.000 cochons. Un gros abattoir américain, afin de fournir le marché du fast food, peut tuer jusqu’à 5 000 bœufs par jour. (http://www.lepost.fr/article/2009/08/19/1662057_savez-vous-vraiment-ce-que-vous-mettez-dans-votre-assiette.html – Mise à jour le 23 mai 2005)

La production mondiale de viande est passée de 44 millions de tonnes en 1950 à 210 millions de tonnes à ce jour. Elle a quintuplé, et la consommation par tête d’habitant a doublé au niveau mondial.

Pour satisfaire l’insatiable appétit des humains pour la viande,
on dénombre à ce jour la quantité suivante d’animaux en détention sur cette terre
:
1 milliard de cochons
1,3 milliard de bovins
1,8 milliard de moutons et de chèvres
13,5 milliards de poulets
(= plus de 2 poulets par habitant de cette planète) !
Source: L’Institut “World-Watch

Espèces Nombre abattus (Unité: million)
Vache 324,00
Porc 1 300,00
Chèvre 369,00
Cheval 7,40
Chameau 1,40
Lapin 869,00
Mouton 540,00
Poulet, canard, dinde, oie 51 800,00
Poissons 369 000,00
Total 424 210,00

(Source: 2005 FAOSTAT, Organisation pour l’alimentation et l’agriculture, Nation Unies: http://faostat.fao.org/)

Jamais encore dans toute l’histoire de l’humanité autant de lait, de fromage, de yogourts et d’œufs n’ont été consommés qu’à ce jour. Depuis la deuxième partie de ce siècle, la production de poisson est passée de 21 millions à 120 millions de tonnes.
En 1997, 85 millions de tonnes de viande de porc ont été «produites». La moitié de cette quantité est consommée rien qu’en Chine.

En France chaque année, près de 1,5 millions de chasseurs tuent 50 millions d’animaux, provoquent 300 accidents de chasse impliquant des blessés humains et tuent une cinquantaine d’humains. A 90%, les victimes humaines sont des chasseurs.

Pour la fourrure :

Chaque année plus de 25 millions d’animaux sont condamnés à une mort lente et cruelle pour la production de fourrure.

Nombre d’animaux tués pour fabriquer un manteau de fourrure : Visons : 60 à 80, Renards : 15 à 20, Ratons laveurs : 40, Lynx : 15, Guépards : 6 à 12, Léopards : 3 à 5, Castors : 10 à 20, Chinchilla : 130 à 200, Hermine : 180 à 240, Loutre : 10 à 16, Martre : 40 à 50, Opossum : 30 à 40, Zibeline : 60 à 70.

Chaque année, plus de 230 millions de bœufs, 350 millions de moutons, 175 millions de chèvres et 700 millions de cochons sont tués à travers le monde pour leur chair et leur peau.

Les plus gros producteurs de peaux sont la C.E.I. (ex URSS), les USA et l’Inde. L’Inde et la Chine produisent la plupart des peaux de chèvres. La plupart des peaux de moutons proviennent de Nouvelle-Zélande et d’Australie. Les plus gros exportateurs de cuir fini sont la France, l’Angleterre, l’Allemagne, l’Italie, les USA et le Japon.
La peau compte, quant à elle, pour 50% du total de la valeur des sous-produits du bétail…

Le succès économique des abattoirs et des fermes laitières dépend directement de la vente de ces sous-produits.

Les victimes du cuir : La plupart du cuir produit et vendu à travers le monde provient de la peau du bétail et des veaux mais aussi des chevaux, des moutons, des agneaux, des chèvres et des cochons abattus pour la viande.

Cependant dans le monde de nombreuses autres espèces sont aussi chassées et tuées spécialement pour leurs peaux : les mules, les zèbres, les buffles, les sangliers, les kangourous, les opossums, les éléphants, les tigres, les léopards, les autruches, les cerfs, les anguilles, les requins, les baleines, les dauphins, les marsouins, les phoques, les morses, les tortues, les alligators, les crocodiles, les lézards, les serpents, …
Approximativement 1/3 des cuirs « exotiques » proviennent d’animaux menacés qui sont braconnés et dont le meurtre et l’importation sont des crimes d’après les lois.

Dans le sud de l’Afrique, un abattoir procède au meurtre de 700 autruches par jour. (http://www.zen-blogs.com/fr/animaux.php)

Pour la recherche :

Nombre de souris de laboratoire vendues dans le monde : La souris de laboratoire est l’animal idéal : développement rapide, descendance nombreuse, taille réduite, peu d’exigences alimentaires. Le porc et le singe, plus proches de l’homme, n’ont pas toutes ces qualités. On vend 25 millions de souris de laboratoire dans le monde, 68 500 par jour. (http://www.planetoscope.com)

Par la circulation routière :

Chaque année, 700 000 hérissons au moins se font écraser sur les routes européennes. La survie de cet insectivore est menacée non seulement par la circulation routière mais aussi par l’urbanisation, les emballages abandonnés et les insecticides.

Les sangliers provoquent l’essentiel des 30 000 collisions automobiles avec un animal sauvage enregistrées chaque année en France. Un vrai problème pour le Fonds de garantie automobile, qui évalue ces “chocs” à 20 millions d’indemnisations annuelles.

En Allemagne, selon Die Welt, toutes les 2 minutes et demi un animal sauvage est percuté par une voiture. Entre avril 2006 et mai 2007, une vraie hécatombe s’est produite : 16 000 sangliers et 202 000 chevreuils ont été tués sur les routes allemandes. Cela s’explique par la densité du réseau routier germanique et par le fait que la population de sangliers a décuplé depuis les années 50.

Pour l’exploitation d’huile de palme :

L’huile de palme représente environ 1/3 de l’huile végétale produite sur la planète en 2ème position après la production d’huile de soja. L’huile de palme se trouve dans 1 produit de grande consommation sur 10 vendus en Europe.

Quelque 5000 orangs-outans sont victimes de l’exploitation de l’huile de palme chaque année. Si on continue sur ce rythme, les ONG estiment que les orangs-outans auront disparu en 2020.

Subscribe Now to Qualitative Life Newsletter and receive your
First Gift for Free: a Meditative Music by JAG

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *


*

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>