Faisons évoluer notre anthropocentrisme nombrilique fondamental… 23 milliards de “Terres” possibles dans notre galaxie…


En mémoire de Giordano Bruno, chercheur de Vérité à sa manière, déclaré hérétique, supplicié et brulé en 1600, après huit années de procès par les hauts dignitaires de la très efficace Eglise Catholique en ce qui concerne le maintien de l’obscurantisme.

Giordano Bruno, inspiré par sa connaissance de l’hermétisme,  défendait entre autre – contre la doctrine de l’Eglise – la réalité de la force psychique,  magique et spirituelle de tous éléments de la nature, des êtres, comme de la réalité de la pluralité des mondes et de l’infinité de l’univers, alors même que Copernic et Galilée apportent à peine la théorie physique et les preuves observationnelles de l’heliocentrisme…

« Ainsi donc les autres mondes sont habités comme l’est le nôtre ? demande Burchio. Fracastorio, porte-parole de Bruno répond : Sinon comme l’est le nôtre et sinon plus noblement. Du moins ces mondes n’en sont-ils pas moins habités ni moins nobles. Car il est impossible qu’un être rationnel suffisamment vigilant puisse imaginer que ces mondes innombrables, aussi magnifiques qu’est le nôtre ou encore plus magnifiques, soient dépourvus d’habitants semblables et même supérieurs. » (Giordano Bruno, L’Infini, l’Univers et les Mondes).

Pour situer sa pensée :

« La Terre et les astres (…), comme ils dispensent vie et nourriture aux choses en restituant toute la matière qu’ils empruntent, sont eux-mêmes doués de vie, dans une mesure bien plus grand encore ; et vivants, c’est de manière volontaire, ordonnée et naturelle, suivant un principe intrinsèque, qu’ils se meuvent vers les choses et les espaces qui leur conviennent » (Le Banquet des cendres).
« Toutes les formes de choses naturelles ont des âmes ? Toutes les choses sont donc animées ? demande Dicson. Theophilo, porte-parole de Bruno, répond : Oui, une chose, si petite et si minuscule qu’on voudra, renferme en soi une partie de substance spirituelle ; laquelle, si elle trouve le sujet [support] adapté, devient plante, animal (…) ; parce que l’esprit se trouve dans touts les choses et qu’il n’est de minime corpuscule qui n’en contienne une certaine portion et qu’il n’en soit animé. » (Cause, Principe et Unité, 1584).

Et ce qu’on peut dire de chaque parcelle du grand Tout, atome, monade, peut se dire de l’univers comme totalité. le monde en son cœur loge l’Âme du monde (Cause, Principe et Unité).

Le monde est infini parce que Dieu est infini. Comment croire que Dieu, être infini, aurait pu se limiter lui-même en créant un monde clos et borné ?

« Il n’y a qu’un ciel, une immense région éthérée où les magnifiques foyers lumineux conservent les distances qui les séparent au profit de la vie perpétuelle et de sa répartition. Ces corps enflammés sont les ambassadeurs de l’excellence de Dieu, les hérauts de sa gloire et de sa majesté. Ainsi sommes-nous conduits à découvrir l’effet infini [le monde] de la cause infinie [Dieu] ; et à professer que ce n’est pas hors de nous qu’il faut chercher la divinité, puisqu’elle est à nos côtés, ou plutôt en notre for intérieur, plus intimement en nous que nous ne sommes en nous-mêmes. » (Giordano Bruno, Le Banquet des cendres).

Voici donc maintenant une information, récoltée hier et qui remet un peu les idées en place quant à notre anthropocentrisme nombrilique fondamental …. Je vous laisse apprécier, en citant cet article provenant de « Maxiscience »:

Pendant cinq ans, des astronomes ont observé 166 étoiles aux caractéristiques proches de notre Soleil. Toutes sont situées dans un rayon de 80 années-lumière de la Terre, une année-lumière représentant quelque 9.460 milliards de kilomètres. Le but était de découvrir des planètes de différentes tailles, allant de trois à mille fois la masse de la Terre.

L’étude a été réalisée grâce aux télescopes géants de l’observatoire Keck à Hawaï, et a permis de recenser bien plus de petites planètes que de grandes. Une découverte qui indique que les planètes de petite taille sont les plus fréquentes dans la Voie lactée. Parmi les 166 étoiles étudiées, 6,5% abriteraient des planètes de masse intermédiaire (soit dix à trente fois celle de la Terre), tandis que 11,8% auraient en orbite des super-Terres dont la masse est inférieure à dix fois celle de la Terre.

“Si l’on extrapole jusqu’aux planètes proches de la Terre (entre 0,5 et 2 masses terrestres) nous prédisons que vous en trouverez environ 23 pour 100 étoiles” précise A.W. Howard, un astronome de l’université de Berkeley. Et son collègue Geoff Marcy d’ajouter : “Les données récoltées nous disent que notre galaxie, qui contient quelque 200 milliards d’étoiles, compte au moins 46 milliards de planètes de la même taille que la Terre, sans compter celles dont l’orbite est plus éloignée de leur astre dans la zone habitable”. Seules les planètes ayant une orbite très proche de leur étoile ont en effet été étudiées dans le cadre de cette recherche publiée par la revue Science.

Pour mieux situer les choses, les images qui suivent sont une représentation de notre voisinage cosmique, à des échelles spatiales successives, en partant du plus gigantesque pour revenir à un voisinage, disons… relativement proche : celui d’un rayon de 12,5 années-lumière autour de notre Soleil.

Source : http://atunivers.free.fr Paternité : Richard Powell, cartes et schémas sous licence

Creative Commons Attribution-ShareAlike 2,5 Licence

Nombre de superamas de l’univers visible = 10 millions
Nombre de groupes de galaxies de l’univers visible = 25 milliards
Nombre de grandes galaxies de l’univers visible = 350 milliards
Nombre de galaxies naines de l’univers visible = 7 trillions
Nombre d’étoiles de l’univers visible = 30 milliards de trillion

* Nombre de superamas jusqu’à 1 milliard d’années lumière = 100
* Nombre de groupes galactiques jusqu’à 1 milliard d’années lumière = 240 000
* Nombre de grande galaxies jusqu’à 1 milliard d’années lumière = 3 millions
* Nombre de galaxies naines jusqu’à 1 milliard d’années lumière = 60 millions
* Nombre d’étoiles jusqu’à 1 milliard d’années lumière = 250 000 trillions

* Nombre de groupes de galaxies jusqu’à 100 millions d’années lumière = 200
* Nombre de grandes galaxies jusqu’à 100 millions d’années lumière = 2500
* Nombre de galaxies naines jusqu’à 100 millions d’années lumière = 50000
* Nombre d’étoiles jusqu’à 100 millions d’années lumière = 200 trillions

* Nombre de grandes galaxies à moins de 5 millions d’années lumière = 3
* Nombre de galaxies naines à moins de 5 millions d’années lumière = 42
* Nombre d’étoiles à moins de 5 millions d’années lumière = 700 milliards

* Nombre de grandes galaxies jusqu’à 500 000 années lumière = 1
* Nombre de galaxies naines jusqu’à 500 000 années lumière = 12
* Nombre d’étoiles jusqu’à 500 000 années lumière = 225 milliards

* Nombre d’étoiles jusqu’à 50 000 années lumière = 200 milliards

* Nombre d’étoiles jusqu’à 5000 années lumière = 600 millions

Nombre d’étoiles jusquà 250 années lumière = 260 000

Nombre d’étoiles jusqu’à 12.5 années lumière = 33

This entry was posted in Uncategorized. Bookmark the permalink.

2 Responses to Faisons évoluer notre anthropocentrisme nombrilique fondamental… 23 milliards de “Terres” possibles dans notre galaxie…

  1. alysor says:

    Wouah ! Quel vertige, l’égo en prend un coup! Pour moi aussi, Giordano Bruno m’est sympathique :
    http://www.qualitativelife.com/etherbleu/2010/11/14/univers/

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*