* Méditation – intériorisation

.

S’intérioriser

.

La méditation, c’est l’action d’aller au milieu, au centre de soi-même, c’est une « médit-action ».

Pour y parvenir au milieu de l’agitation permanente du monde, cherchez un point immobile, qui est là en permanence, à l’intérieur de vous, c’est votre centre.

Faites l’expérience suivante :

« Si vous êtes dans une agitation considérable : respirez et courez ! Tout d’un coup, arrêtez-vous et intériorisez-vous : vous trouvez toujours un point, à l’intérieur de vous, qui n’a pas bougé dans l’agitation totale. Si vous avez vraiment la force de vous recentrer, de faire abstraction de tout ce qui se passe autour de vous, vous allez sentir ce point immobile en vous. »

Ce point c’est votre conscience interne, votre essence divine (Conférences d’I.Appel-Guéry).

Ce point d’immobilité n’est pas facile à trouver.

– En effet, comment aller au centre de soi-même quand nos pensées s’agitent sans arrêt dans notre tête et viennent déranger notre attention, quand toutes sortes d’émotions nous envahissent, etc. ?


– Il faut aussi un certain courage pour se recueillir à l’intérieur de soi, quitter ses occupations matérielles, ses habitudes quotidiennes.

– Plus difficile encore à surmonter est la peur de se retrouver face à soi-même. Pourtant, si on passe sa vie comme étranger à soi-même, sans jamais « rentrer chez soi », peut-être qu’à notre dernier jour on se demandera ce qu’on a fait de sa vie, si on n’est pas passé à côté de quelque chose d’essentiel.

Pour vous faciliter l’accès à votre intériorité :

apprenez tout simplement à entrer à l’intérieur de vous par la respiration. De nombreuses écoles initiatiques utilisent la respiration pour pénétrer dans cette intériorité qui est en chacun de nous.

La respiration règle l’échange permanent entre l’intérieur et l’extérieur du corps, et nous facilite donc l’intériorisation.

Quand vous serez de plus en plus habitué à vous recentrer, vous remarquerez à quel point vous vous sentez bien. Vos activités extérieures peuvent vous emprisonner et vous empêcher d’aller en votre centre. Il s’agira alors pour vous de trouver un équilibre entre les deux.

Asseyez-vous ou allongez-vous dans un endroit tranquille, où personne ne viendra vous déranger.

Pour commencer, étirez vos bras, haussez et descendez vos épaules, étirez vos jambes, bougez vos chevilles, vos mains. Détendez les muscles de votre visage, en n’ayant pas peur de faire des grimaces et de bâiller plusieurs fois. Les bâillements permettent d’amener de l’oxygène au cerveau.

Si vous avez du mal à vous détendre, imaginez-vous allongé(e) dans l’herbe au bord d’un lac tranquille.


Respirez  doucement par le nez, en prenant conscience de votre respiration, de l’air qui entre à l’inspiration et de l’air qui sort à l’expiration. La respiration consciente vous permet d’entrer dans l’inconscience de ce qui se passe réellement à l’intérieur de nous. Elle vous permet aussi de percevoir l’échange qui se fait en vous entre l’extérieur et l’intérieur

Faites ainsi une dizaine de respirations au minimum.

Quand vous avez atteint une certaine paix intérieure, que vous vous sentez en harmonie avec vous-même concentrez-vous sur les battements de votre cœur. Ressentez les pulsations de votre cœur et restez concentré en même temps sur votre respiration.

.

.

* La méditation du soleil

.

.

Que vous soyez dehors en plein soleil ou chez vous, fermez les yeux en pensant au soleil et aux bienfaits qu’il nous apporte en illuminant le monde et en nous réchauffant chaque jour.

Imprégnez-vous quelques minutes de cette source de vie, d’énergie, de lumière, de pureté originelle.

Remerciez-le pour sa présence – car sans lui, rien ne serait, pour sa majesté, sa puissance, envoyez-lui des élans d’amour, des élans vers le divin, vers l’Absolu comme vous pouviez en avoir quand vous étiez enfant.

En même temps, joignez le bout de vos doigts en haut de votre poitrine. Respirez doucement, comme pour alimenter une flamme à l’intérieur de vous, activez et illuminez cette partie de vous par vos élans d’amour.

Vous pourrez bientôt sentir pulser comme un cœur en haut de votre poitrine, un cœur en liaison avec le cœur universel.

En haut de votre poitrine, derrière le sternum, il y a le thymus : c’est un organe que certains appellent le « corps interne », d’autres le « siège du moi divin », ou encore le « cerveau du système immunitaire » parce qu’il produit des globules blancs ayant un rôle essentiel dans l’immunité de l’organisme. On peut considérer le thymus autant comme un organe physique que comme un centre énergétique.
Cette activation produira un bien-être en vous, une élévation d’âme, un renforcement de votre esprit, et vous sortira de vos limitations pour vous mettre en liaison avec l’univers. En même temps, elle renforcera votre santé si vous la pratiquez de temps en temps.

Article inspiré par les enseignements d’I. Appel-Guéry (appelguery.com)

.

.

.

.

.


.

.

.

.
Danse cosmique, vidéo sur le soleil entouré des ses planètes

.

Image de prévisualisation YouTube

.

.

.

1e étape de la méditation : l’intériorisation

Les bienfaits de la méditation

* Les bienfaits de la méditation

Les bienfaits de la méditation

.

Dans le tourbillon des activités de notre vie moderne, nous nous laissons souvent complètement absorber par des préoccupations extérieures.

Nous n’avons parfois aucune idée de ce qui se passe à l’intérieur de nous, de la façon dont nous fonctionnons, ni quel est le sens de notre vie. C’est l’une des principales raisons pour lesquelles, malgré l’amoncellement  de biens matériels dans les pays les plus riches, de plus en plus de personnes sont atteintes de dépression nerveuse, et le nombre de suicides augmente sans cesse.

Par la méditation, il nous est possible d’inverser le courant, d’aller de l’extériorité du monde à l’intériorité de notre être.

Des études ont démontré les bienfaits de la méditation.

Ceux qui la pratiquent remarquent un mieux-être général, une meilleure qualité de vie :

– amélioration de la santé physique et mentale

réduction du stress, guérison de l’insomnie

maîtrise de ses émotions

– contact avec son énergie intérieure

– contrôle de ses pensées

amélioration de la concentration, des perceptions, de la créativité

– sentiment d’être détendu, centré et non dispersé, clair et lucide, etc.


On peut attendre un résultat de la méditation, mais le processus de méditation lui-même apporte un état de positivisme, de bonheur et de paix intérieure qui peut déjà se suffire à lui-même dans une première étape.

C’est aussi un acte d’évolution qui ouvre de nouveaux horizons, qui peut mener à la découverte du sens de son existence et éveiller l’être à sa dimension spirituelle.


Résultats scientifiques de la méditation.

Image de prévisualisation YouTube

.

1e étape de la méditation : l’intériorisation

La méditation du soleil

.

.

.

* Contes pour les tout-petits…

.



Cinelle, la petite coccinelle


Il était une fois, une petite coccinelle nommée Cinelle qui n’était pas comme les autres : toutes ses grandes sœurs étaient rouges avec des points noirs sur le dos, mais Cinelle était verte avec des points noirs… Comme elle était verte, on ne la voyait jamais quand elle se posait sur l’herbe verte.

Personne ne lui faisait de remarque, et elle jouait avec toutes les coccinelles qu’elle rencontrait. Elle faisait la course dans les airs avec ses amis ou des glissades sur de longs brins d’herbe ou volait de fleur en fleur avec les papillons.

Souvent, elle voyait un enfant prendre l’une de ses amies coccinelles sur sa main, puis fermer les yeux pour faire un vœu dans sa tête, et on disait que le vœu était réalisé. Ou bien on disait qu’il ferait beau temps si la coccinelle s’envolait.

Mais elle, personne ne la prenait, jamais, et cela la rendait très triste. Alors, de temps en temps, elle allait se mettre sous une grosse feuille dans un petit coin de la prairie fleurie, près des coquelicots. Et là, elle versait de grosses larmes. Elle aurait tellement voulu porter bonheur aux petits enfants qui la prendraient sur leur doigt. Elle aurait pu se dire que ce n’était pas si grave de ne pas être comme les autres, mais elle voyait bien qu’elle n’avait pas d’amis, les autres avaient un peu peur d’elle.

Un jour, une petite fille nommée Lili se promenait dans la prairie et surprit Cinelle en train de pleurer dans sa cachette près des coquelicots, et se demanda pourquoi elle pleurait si fort. En la regardant, elle comprit tout de suite ce qui se passait, elle vit bien que cette coccinelle n’était pas comme les autres avec son dos vert. Lili était aussi bien triste. Elle la prit sur son doigt. C’était la première fois qu’un enfant la prenait sur son doigt, c’était le plus beau jour de sa vie ! Cette fois, elle versa une grosse larme, mais ce n’était pas parce qu’elle était triste mais au contraire, elle pleurait de joie ! Elle ne voulut pas s’envoler parce qu’elle était tellement bien sur le doigt de Lili ! Mais la petite fille devait rentrer à la maison, et elle déposa Cinelle dans sa cachette. Arrivée chez elle, elle pensa beaucoup à la coccinelle, elle allait la voir tous les jours et se demandait comment faire pour que la coccinelle devienne rouge ? Un jour, elle eut une idée formidable : elle alla voir les coquelicots de la prairie et leur demanda : « Bonjour coquelicots tout rouges, est-ce que vous pourriez aider mon amie la coccinelle verte à devenir rouge ? Les coquelicots s’écrièrent : oui, mais comment ? Alors, Lili prit délicatement Cinelle sur son doigt et la déposa dans le cœur d’un coquelicot. Le coquelicot ferma ses pétales rouges sur elle et lui fit plein de caresses sur son petit dos. Et vous savez ce qui arriva ? La coccinelle devint toute rouge sur le dos, elle était couverte de poussière de pétale de coquelicot ! C’était un très joli rouge et une coccinelle garçon nommé Coco qui passait par là la regarda et voulut être son ami. Cinelle était tellement contente, qu’elle rougit de plaisir, mais comme elle était déjà devenue rouge, le rouge devint encore plus joli…

Voilà comment Cinelle devint la grande amie de Coco. Ils ne se quittaient plus, et tous les jours ils étaient invités  chez Lili pour faire un bon goûter.


.

.

.

.