Expérience africaine

Après huit ans de travail social, l’OMS me proposa une formation en santé publique de onze mois au Bénin en Afrique. Nous étions environ une vingtaine de stagiaires, tous des professionnels de santé : médecins, pharmaciens, infirmiers, sages-femmes, assistantes sociales, etc. Nous partagions notre temps entre les cours théoriques et le travail sur le terrain dans différentes régions du Bénin.

À cette époque-là, mes préoccupations professionnelles étaient surtout d’ordre humanitaire. Mais, devant des situations concrètes et dramatiques, il m’arrivait de me poser des questions existentielles. En effet, assister à la mort d’un collègue, faute de médicaments pour le soigner, voir des centaines d’enfants squelettiques dans les centres de récupération nutritionnelle, c’est inacceptable  et révoltant ! Devant tant d’injustice, j’ai commencé à lutter pour le droit à la différence, pour la tolérance. Cette expérience africaine très riche, en dehors de mes références habituelles, m’a permis d’appréhender l’existence d’une façon plus globale.

This entry was posted in experience africaine, prevention and tagged , . Bookmark the permalink.

Leave a Reply