* Méditation – intériorisation

.

S’intérioriser

.

La méditation, c’est l’action d’aller au milieu, au centre de soi-même, c’est une « médit-action ».

Pour y parvenir au milieu de l’agitation permanente du monde, cherchez un point immobile, qui est là en permanence, à l’intérieur de vous, c’est votre centre.

Faites l’expérience suivante :

« Si vous êtes dans une agitation considérable : respirez et courez ! Tout d’un coup, arrêtez-vous et intériorisez-vous : vous trouvez toujours un point, à l’intérieur de vous, qui n’a pas bougé dans l’agitation totale. Si vous avez vraiment la force de vous recentrer, de faire abstraction de tout ce qui se passe autour de vous, vous allez sentir ce point immobile en vous. »

Ce point c’est votre conscience interne, votre essence divine (Conférences d’I.Appel-Guéry).

Ce point d’immobilité n’est pas facile à trouver.

– En effet, comment aller au centre de soi-même quand nos pensées s’agitent sans arrêt dans notre tête et viennent déranger notre attention, quand toutes sortes d’émotions nous envahissent, etc. ?


– Il faut aussi un certain courage pour se recueillir à l’intérieur de soi, quitter ses occupations matérielles, ses habitudes quotidiennes.

– Plus difficile encore à surmonter est la peur de se retrouver face à soi-même. Pourtant, si on passe sa vie comme étranger à soi-même, sans jamais « rentrer chez soi », peut-être qu’à notre dernier jour on se demandera ce qu’on a fait de sa vie, si on n’est pas passé à côté de quelque chose d’essentiel.

Pour vous faciliter l’accès à votre intériorité :

apprenez tout simplement à entrer à l’intérieur de vous par la respiration. De nombreuses écoles initiatiques utilisent la respiration pour pénétrer dans cette intériorité qui est en chacun de nous.

La respiration règle l’échange permanent entre l’intérieur et l’extérieur du corps, et nous facilite donc l’intériorisation.

Quand vous serez de plus en plus habitué à vous recentrer, vous remarquerez à quel point vous vous sentez bien. Vos activités extérieures peuvent vous emprisonner et vous empêcher d’aller en votre centre. Il s’agira alors pour vous de trouver un équilibre entre les deux.

Asseyez-vous ou allongez-vous dans un endroit tranquille, où personne ne viendra vous déranger.

Pour commencer, étirez vos bras, haussez et descendez vos épaules, étirez vos jambes, bougez vos chevilles, vos mains. Détendez les muscles de votre visage, en n’ayant pas peur de faire des grimaces et de bâiller plusieurs fois. Les bâillements permettent d’amener de l’oxygène au cerveau.

Si vous avez du mal à vous détendre, imaginez-vous allongé(e) dans l’herbe au bord d’un lac tranquille.


Respirez  doucement par le nez, en prenant conscience de votre respiration, de l’air qui entre à l’inspiration et de l’air qui sort à l’expiration. La respiration consciente vous permet d’entrer dans l’inconscience de ce qui se passe réellement à l’intérieur de nous. Elle vous permet aussi de percevoir l’échange qui se fait en vous entre l’extérieur et l’intérieur

Faites ainsi une dizaine de respirations au minimum.

Quand vous avez atteint une certaine paix intérieure, que vous vous sentez en harmonie avec vous-même concentrez-vous sur les battements de votre cœur. Ressentez les pulsations de votre cœur et restez concentré en même temps sur votre respiration.

.

.